FAQ   Membres   Groupes   S’enregistrer   Messages privé   Profil   Dé/connexion 


Recherche rapide :
 

 La mission Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Samiëlle
Iluvëlian, le royaume des abysses

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2007
Messages: 56
Royaume de naissance: France
étudiante Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Sam 1 Mar - (2008) Répondre en citantRevenir en haut

Le jeune homme acquiesça et se mit donc à ausculter les différentes parois, jusqu'à sentir sous ses doigts un bas relief en l'honneur du dieu des jardins et de la fertilité, puis il se tourna dans la direction opposée, et montra du doigt un grotte don l'entrée était bouchée par un éboulement.

C'est celle-ci... Mais ne bougez pas.

Il partit alors en direction de la porte, et s'employa à déblayer, avec la facilité avec laquelle un chien pourrait faire des trous dans un jardin. Puis il dégagea quelques herbes folles pour découvrir deux statues d'hommes barbus et cornus, allongés nonchalamment sur une écume bouillonnante. puis à l'entrée, se tenait un cheval piaffant, similaire à ceux sur lesquels ils étaient montés, sculpté avec une grande finesse, et dont les pattes griffues étaient noircis par la suie. Le spectacle qu'il découvrit l'embarrassa, l'angoissa même un peu, mais puisqu'il était de son devoir de les mener à bon port, il n'en montra rien et leur fit signe de se rapprocher.


Nous y voilà... Mais cette grotte est bien plus que ce que je pensais: ce n'est pas qu'une simple mine, ni même d'un tombeau, regardez: là les dieux fleuves, et ici, la monture sacrée de Posanès... C'est probablement un ancien temple, lieu où l'on célébrait les mystères. À moins bien- sûr que vous n'ayez votre propre version des faits... En tout cas pas une chauve-souris ne vit ici, l'air est empesté par le souffle de la terre.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Viro Major
Publicité






MessagePosté le: Sam 1 Mar - (2008) Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Feuline
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 25 Déc 2007
Messages: 107
Royaume de naissance: Nar Fëa
Prêtresse de Feïdia Humaine Féminin Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Lun 3 Mar - (2008) Répondre en citantRevenir en haut

Le soleil était à son zénith quand ils arrivèrent au lac fétiche. Il n'avait pas l'air méchant mais ne paraissait pas aussi clair et pur que les plages dans lesquels les gens avaient l'habitude de se baigner. Bref il ressemblait à tous les lacs que le trio avait eu l'occasion de longer depuis leur entrée dans la nécropole. Feuline avait eu le temps de se changer avant de repartir le matin même. Sachant que leur destination était proche elle avait choisi des vêtements plus pratiques. Le rouge de Nar Fëa lui manquait elle avait donc inconsciemment opté pour cette couleur qu'elle aimait tant. Cependant bien que son haut soit toujours aussi décolté elle avait préféré un pantalon plus moulant à celui bouffant de la veille. Ses ballerines aussi étaient plus adaptées de sorte à ce qu'elle ait pu nager avec si le besoin s'en était fait sentir. Comme collier elle avait un magnifique pendentif de flamme en or, symbole de sa déesse toujours à ses côtés. Elle était en bref aussi jolie que d'habitude.

Torak s'était arrêté et avait donné la relève de la conduite à Mitridate. Celui-ci grâce sans doute à la protection de son dieu réussit à trouver la grotte de Sikuam. Feuline était de bonne humeur et en même temps un peu nerveuse. L'excitation de la découverte se mêlait à la peur.. non elle n'avait pas peur, sa déesse était à ses côtés. De plus Torak ne la quitterait pas! Elle tourna son regard vers lui. Il paraissait serein comme à son habitude. Pensait-il à elle? Sentait-il lui aussi son coeur battre plus vite quand leur regard se croisaient? Et si elle se faisait des idées? Si elle s'emballait toute seule et que rien en fait ne les liait? Feuline sut alors de quoi elle avait peur. Ce n'était pas de ce qu'elle allait découvrir dans cette grotte mais plutôt de ce qu'il allait se passer une fois la mission finie. Elle devrait quitter Torak et rien que cette pensée la faisait frémir. "Je ne dois pas autant m'attacher. Je dois m'éloigner de lui! Comme ça la séparation sera moins dure!" Sitôt pensées ces paroles s'effritèrent. C'était bien trop tard. Elle ne pouvait plus se passer de lui. Feuline ferma les yeux et pensa très fort à Feidia, lui demandant conseil mais pour la première fois sa prêtresse ne répondit pas immédiatement à son appel. "On verra ce soir" se résigna t-elle. Le jeune guide venait de faire une brèche afin de rentrer dans la grotte. La jeune prêtresse descendit de sa monture la remerciant d'une caresse et se rapprocha du garçon. De drôle de statues gardaient la grotte qui s'avéra vite être une tombe. Ce n'est pas tellement l'esprit si malsain qui habitait les lieux qui faisait faire à la jeune femme une grimace mais plutôt le noir total qui émanait de là.

D'après Mitridate l'endroit semblait maudit. Il parlait d'un ancien temple où avaient lieu d'obscures célébrations. L'idée que c'était un temple avait quelque chose de rassurant aux yeux de Feuline. N'était-elle pas elle aussi sous la protection d'un dieu? De plus les temples étaient des lieux communs pour la jeune prêtresse qui en avait visité des milliers. Elle était donc en quelques sortes en terrain connu. Cet endroit maléfique était sans aucun doute le lieu qu'elle cherchait, tout semblait soudain si logique aux yeux de la jeune fille! Une certaine sénérité s'empara de Feuline, elle ferma les yeux acquiesça et sourit, puis regardant Mitridate elle lui parla gentiment :


- Je te remercie beaucoup pour ton aide, Mitridate, et je bénis ton dieu, sans toi nous n'aurions sans doute pas trouvé la grotte si facilement. Je ne sais pas quels sont tes projets en ce qui concerne la suite mais tu auras toujours bon accueil dans mon pays.

Sur ce, elle se tourna vers Torak :

- Je crois que nous aurons besoin de la lumière du Royaume Béni.


Sans attendre de réponse elle pénétra dans la grotte. Son coeur battait. Etait-elle un peu nerveuse? Elle ne voulait pas le croire. Soudain elle vit une lumière chaude qui la rassura. Torak était là, porteur de lumière et d'espoir. Elle le regarda pleine de confiance. Il lui prit la main et Feuline se sentit remplie d'un courage invincible.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
La Rose Rouge est faite de passion, d'amour et de sang.
Torak
Illuminaë, le royaume béni

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2007
Messages: 30
Royaume de naissance: När Fëa
Mage Semi-Elfe Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Mer 12 Mar - (2008) Répondre en citantRevenir en haut

Mitridate avait vite trouvé la grotte. Torak s'en était douté, il y avait sans doute eu une quelconque aide divine, peu importe, le plus important était qu'il trouve la grotte. Enfin quand le jeune adolescent leur annonça qu'il s'agissait d'un temple, l'excitation fut grande, tel un jeune garçon devant ses cadeaux le jour de son anniversaire. Le mage était le garçon et le temple le cadeau qu'il allait bientôt déballé.

Torak regarda Feuline, elle aussi frémissait à l'idée d'entrer dans le temple. Le fait d'avoir en plus trouver l'objectif de sa mission devait sans doute la rendre aussi de bonne humeur. Le mage lui restait serein, il ne voulait s'emballer, il fallait rentrer dans cette grotte avec la plus grande prudence. Même si c'était un temple, cela ne signifiait pas que leur visite allait être sûr. Mitridate finit de dégager l'entrée quand Feuline, descendu de sa monture le remercia, bénissant en même temps Posanès.

Torak descendit à son tour de cheval, il était temps maintenant d'entrer dans ce lieu sans doute maudit. Feuline demanda de la lumière à Torak. Celui-ci dégaina sa dague et prononça quelques paroles incompréhensible du commun des mortels. La lame flamboya, dégageant un lumière pure, illuminant toute l'entrée du temple. Son coeur battait, bien sûr sa lumière le rassurait mais le mage était quand même nerveux. Il regarda Feuline, et dans un élan il lui prit la main, la serrant fort afin de la mettre en confiance. Il savait qu'il la défendrait jusqu'aux bouts s'il lui arrivait quelque chose. Il donnerait même sa vie pour le jeune Mitridate, leur tout jeune guide. Il était comme ça, Torak se sacrifierait pour ses compagnons.

Ils s'engagèrent dans le temple, Torak et Feuline en premier suivit du jeune Mitridate. Tous trois furent émerveillé par l'architecture gardé en bon état, des symboles, des représentations de Posanès et autres créatures sacrées étaient gravées dans les différentes salles qu'ils traversaient. Enfin après plusieurs heures de marche, le trio s'arrêta, fatigués. Le soleil avait sans doute décliné depuis longtemps à l'extérieur. Le groupe fit alors comme la nuit précédente, préparant un feu de camp et des lits de fortune. La dague de Torak ne dégagea plus de lumière lorsque celui-ci souffla quelques mots. Mitridate venait de s'endormir, Torak le réveillerait pour qu'il prenne le prochain tour de garde. Torak et Feuline ne s'était presque pas lâcher la main de tout le trajet. Ils étaient maintenant assis tout les deux l'un à côté de l'autre, regardant au loin dans la pénombre. Le mage souffla alors à l'oreille de la prêtresse:

-Je pense que nous devrions trouver ce que nous cherchons demain. Espérons que nous ne rencontrions pas de problème.


Le mage esquissa un petit sourire puis reprit:

-Tu souhaitais me dire quelque chose ce matin avant que Mitridate ne vienne nous apporter le petit déjeuner. Quelque chose n'allait pas? Tu t'inquiétais pour la mission?

Le coeur de Torak battait la chamade, il tombait de plus en plus sous le charme de la jeune prêtresse qui restait pour l'instant silencieuse.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Feuline
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 25 Déc 2007
Messages: 107
Royaume de naissance: Nar Fëa
Prêtresse de Feïdia Humaine Féminin Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Ven 14 Mar - (2008) Répondre en citantRevenir en haut

Feuline était assise tout contre Torak. Elle sentait sa peau chaude à ses côtés. Leurs mains étaient toujours ensembles et la jeune prêtresse les voulait indécollables! Soudain, elle sentit le souffle chaud de Torak à son oreille gauche. Elle frissonna sensible aux oreilles. La première phrase passa normalement. Elle avait même quelque chose de rassurant. Ils touchaient au but de la mission ils en étaient tous les deux convaincus et comme aucun obstacle majeure ne les avait arrêtés jusqu'à présent ils pensaient qu'ils s'en tireraient sans trop de difficultés. Mais VIGILANCE! Il fallait qu'ils restent vigilants! Le danger vient toujours quand on s'y attend le moins. Feuline le regarda. Bien que la pénombre dominait l'endroit elle voyait clairement les yeux de Torak. Les imaginait-elle ou les voyait -elle vraiment? Elle était incapable de le dire mais elle fondit sur place comme à chaque fois.
C'est alors que les paroles de Torak vinrent réveiller le problème omnis présent qu'elle tentait vainement d'oublier. Sa voix était douce, invitante. Elle resta quelques temps silencieuse. Elle baissa le regard puis le remonta et chuchota presque :

- Je n'ai pas peur pour la mission puisque tu es avec moi...

Ensuite, elle avala sa salive de travers. Que faire? Que dire? D'un côté sa gorge était sèche de ne pas pouvoir dire les mots qui la brulaient d'un autre côté arriverait-elle à le quitter? Elle passa sa main dans ses cheveux, elle avait rougi sans même s'en rendre vraiment compte. Lui continuait toujours à la regarder. Elle lui avoua :

- J'ai peur... de te perdre.

Dis comme cela, ces paroles paraissaient ridicules mais aux yeux de la jeune fille ils étaient bourrés de sens. C'était sa plus grande crainte. qu'il s'en aille et ne la revoit plus! Une fois la mission terminée que faire? Comment faire? Ils appartenaient à deux mondes totalement opposés, autant par leur dieu que par leur culture et leur fonction. Pourquoi le monde était-il si compliqué? Puis doucement la déesse de l'amour et de la passion s'empara d'elle. Pourquoi se posait-elle tant de questions? Elle avait toujours agi sans penser au lendemain! Pourquoi ferait-elle différemment? Feuline entendit son coeur qui battait jusque dans sa tête. C'est parce que c'est celui qu'elle aimait tout simplement. Elle n'avait jamais été aussi amoureuse et cette sensation si nouvelle la perturbait. Mais Torak était tellement tout pour elle... Elle laissa alors sortir ces paroles qu'elle avait tellement envie de lui dire qu'elle espérait les faire sonner telle une promesse :

- Je voudrais que tu restes toujours avec moi.


Ces mots sonnaient tout simplement juste et d'une façon si pure qu'ils en auraient fait fondre le plus froid des hommes sur terre. Doucement la jeune prêtresse se rapprocha du mage et lui fit un bisou dans le cou. Celui-ci se laissa faire et Feuline avait même la sensation qu'il avait bien aimé alors elle se laissa dévorer par le feu qui la consumait depuis déjà si longtemps. Retrouvant vite ses habitudes de grande séductrice elle passa sa jambe droite de l'autre côté de la taille de Torak afin de se retrouver face et contre lui et passa ses mains autour de son coup. Le fait que leurs corps soient si proches au point de se toucher faisait vraiment bizarre à Feuline. Elle se sentait différente. Elle avait chaud, très chaud. Mais cette sensation était étrangement pas déplaisante. Elle pouvait percevoir l'odeur virile du mage et sentait son souffle chaud contre son front. Elle releva tout délicatement la tête et regarda son bien-aimé. Son visage était si proche qu'elle pouvait en voir les moindres détails. D'un geste maitrisé elle caressa la joue de Torak avant de reconduire une mèche qui lui tombait devant la figure, derrière l'oreille. Les simples mots "je t'aime" émanaient tellement fort d'elle qu'il semblait pas indispensable de les dire...

~~~~~~~~~~~~~~~~~
La Rose Rouge est faite de passion, d'amour et de sang.
Torak
Illuminaë, le royaume béni

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2007
Messages: 30
Royaume de naissance: När Fëa
Mage Semi-Elfe Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Dim 16 Mar - (2008) Répondre en citantRevenir en haut

- J'ai peur... de te perdre.

Ces mots résonnèrent dans la tête du mage. Lui aussi ressentait la même chose vis à vis de Feuline, il ne voulait en aucun cas la perdre. Torak était prêt à quitter le royaume béni pour les terres de feu, il laisserait sa place de Grand Mage du Conseil à son disciple, il avait de toute façon décider de laisser sa place. Le mage avait plusieurs fois envisager de partir de Windian et de vivre définitivement à Argent, la ville qui l'a vu naître. Il en avait longuement parler avec Sallarion, son dieu, lors de quelques méditations. Sallarion n'avait pas fait de Torak un simple mage à son service, il en avait fait son disciple, son protégé, son fils. Cela donnait un certain avantage à l'Orateur, il était presque libre de faire ce qu'il voulait, sauf de tuer par plaisir bien évidemment.

La nuit dernière il avait une nouvelle fois parler à son dieu, ce dernier lui donna l'autorisation de quitter Windian pour Argent mais à une seule condition, qu'il ne vienne pas reprendre une place au Conseil des Mages d'Iluminaë. Il deviendrait, ce qu'on appelle, un mage libre pouvant se mettre au service de n'importe qui.

Torak avait longuement hésité, mais maintenant que Feuline lui avouait ses sentiments, il venait de faire son choix. Enfin après quelques mots signifiant beaucoup, la jeune prêtresse prit les initiatives, elle se retrouva en face du mage, lui donnant un bisou dans le cou au passage et lui caressant la joue. Il pouvait sentir le parfum de la jeune femme, il pouvait sentir la chaleur qu'elle dégageait, Torak était dans un autre monde.

Il la contemplait de ses yeux bleu bienveillants, puis il la serra dans ses bras. Il sentait son coeur tambouriner à toute vitesse dans sa poitrine puis il lui souffla une promesse qu'il ne trahirait jamais:

-Je viens avec toi à När Fëa, Feuline. Je t'en fait la promesse.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Feuline
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 25 Déc 2007
Messages: 107
Royaume de naissance: Nar Fëa
Prêtresse de Feïdia Humaine Féminin Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Dim 16 Mar - (2008) Répondre en citantRevenir en haut

Quand Feuline entendit la douce promesse de Torak elle en fut toute chamboulée. L'amour à ses yeux n'avait toujours été qu'un mot employé à la légère, un mot facile à utiliser. Elle croyait connaitre sa signification depuis longtemps! Combien de fois c'était-elle amusée à en abuser? Tout ça lui paraissait fort lointain. Elle avait maintenant tout contre elle la seule personne qui l'aimait vraiment au point d'accepter de quitter tout repère pour elle. Etant prêtresse elle-même, elle n'osait même pas imaginer les sacrifices qu'il venait de s'imposer pour rester à ses côtés. Elle même ne serait peut-être pas capable de si grands. Mais il ne lui demandait pas de le faire non plus. Il ne lui imposait rien il lui promettait juste son amour et c'est cela que Feuline admirait le plus. Il lui faisait confiance, une confiance dont elle ne voyait pas la limite. C'était quelque chose d'étrange mais fascinant. Feuline se promit qu'elle ne l'abandonnerait jamais. Il était l'homme le plus pur et le plus intéressant qu'elle ait jamais rencontré! Elle sentait qu'au fond d'elle un nouveau cap venait d'être franchi. Elle qui s'était toujours promise de ne jamais se marier! Elle qui avait toujours considéré l'homme comme un être inférieur à elle, elle voyait tout son raisonnement remis en question. Le mot "toujours" était une notion qui lui faisait peur mais paradoxalement qui était une source de convoitise chez la jeune fille. Elle avait envie d'y croire et si elle pouvait le tester elle ne le ferait qu'avec Torak. Blottie comme ça contre lui elle se sentait à l'abri de tout danger. L'émotion de ce moment d'intimité était si grande que quelques larmes s'étaient mises à ruisseler sur son visage. Elle était en plein rêve, un rêve qu'elle avait envie de voir réel.

Elle releva son visage légèrement mouillé et Torak d'une caresse lui sècha les joues. Son regard était si doux, attentif et si porteur d'espérance que Feuline en était troublée. Pour une des premières fois de sa vie elle ne savait que trop comment réagir. Ils se contemplèrent l'un l'autre encore pendant un long moment puis la détermination et l'espoir que portait Torak finit par apaiser la prêtresse qui sourit. Puis lentement, d'une décision muette mais commune leurs souffles se mêlèrent et leurs lèvres se goutèrent. Ce baiser était très différent de tous ceux que Feuline avait déjà échangés car celui-là portait une promesse indestructible et qui allait pour tout les deux changer leur vie.

Après qu'ils eurent renouvelé ainsi plusieurs fois leur promesse, Feuline finit par s'assoupir dans les bras de son Torak sous quelques paroles tendres que lui murmurait encore ce dernier. Avant de se laisser recouvrir par le sommeil elle remercia de tout son coeur sa prêtresse qui avait été envers elle pleine de bonté et d'attention. Elle lui avait fait rencontrer ce prince charmant dont Feuline avait rêvé toute son enfance. Feïdia de là où elle se trouvait sourit et d'un souffle bénit cette union qu'elle avait soigneusement pré-médité. La rose rouge tatouée autour du nombril de sa servante brilla d'un nouvel éclat. Feuline lui avait autrefois confié sa vie mais elle prendrait soin de ce petit être qu'elle chérissait tant et la voir ainsi découvrir l'amour et la passion véritable était à ses yeux une partie de plaisir.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
La Rose Rouge est faite de passion, d'amour et de sang.
Samiëlle
Iluvëlian, le royaume des abysses

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2007
Messages: 56
Royaume de naissance: France
étudiante Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Mer 19 Mar - (2008) Répondre en citantRevenir en haut

le jeune homme ne dormait pas, ou seulement d'un œil. Il y avait à cela deux raisons: la première était qu'il était mal à son aise, ici, dans ce lieu des mystères, et la seconde était relative à ce qui se passait dans son dos, et complètement, stressé il suppliait les dieu de fermer les yeux sur ce qui se était en train de se faire. Finalement, il décida de ramper en silence plus avant dans la grotte en observant les mystères auxquels il serait tôt ou tard initié... Samiëlle l'avait promis, et n'avait qu'une parole, sa parole de flamine de Posanès. Il ne s'était pas aventuré très loin, et avait découvert une sorte de pertuis dans la roche. Il avança le visage à l'intérieur et respira un moment l'air qui en sortait, mais averti par quelque intuition, il se recula suffisamment tôt pour ne pas tomber en syncope, mais trop tard pour éviter une série de vomissements et une toux saccadée. Il finit par revenir vers le campement un peu plus pâle qu'il n'était auparavant, et s'effondra dans un coin.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Viro Major
Torak
Illuminaë, le royaume béni

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2007
Messages: 30
Royaume de naissance: När Fëa
Mage Semi-Elfe Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Mar 29 Juil - (2008) Répondre en citantRevenir en haut

Le mage se laissa emporter par les doux baisers de Feuline. Son coeur battait la chamade à chaque échange et il sentit, là-haut, une douce bénédiction de son maître Sallarion. Il le remercia, de tout son être, lui, Dieu de Lumière qui l'avait posé dans les bras d'une jeune prêtresse, une muse venant des terres de feu.

Celle-ci s'endormis dans les bras de Torak. Lui resta éveillé, à demi-elfe, il n'avait presque pas besoin de sommeil. Cela lui permettait de monter la garde, comme d'habitude, et il remarqua que le jeune homme avait disparut. Il quitta doucement sa bien-aimée puis se dirigea vers la couchette de Mitridate. Ce dernier était étendu, quelque mètres plus loin, à même le sol. L'Orateur, se doutant de quelque chose se pencha vers l'adolescent, pris son poul. Le visage très pâle, il était encore vivant mais semblait être pris d'un grand mal. Le mage l'examina en détail, il avait eu des vomissements, signe d'un indigestion, soit d'un aliment ou d'un air vicié. Torak pencha pour la deuxième hypothèse, l'air de la grotte n'était pas totalement pur, peut être y avait-il des gaz plus ou moins toxique.
Il ramena le jeune garçon dans son lit de camp puis réveilla Feuline et lui dit:

-Notre jeune guide est très malade, il est en ce moment d'un coma léger. Surveille son état et attend son réveil. Je vais m'aventurer un peu plus loin dans la grotte, c'est sans doute ce qu'il a fait. Si quelque chose d'anormal se passe, crie, crie fort et je reviendrais.

Torak déposa un baiser sur les lèvres de Feuline, prononça quelques mots en elfique et la lumière émana une nouvelle fois de sa dague. Il avança jusqu'à ne plus voir le campement qui se trouvait dans son dos. Il examina les façades comportant de nombreux motifs et inscriptions, puis un petit renfoncement attira son attention. Il avança avec prudence et sentis quelque chose. Une odeur désagréable, donnant même une envie de vomir. Ça y est, c'était cet air qu'avait respirer Mitridate! Retenant sa respiration, l'Orateur passa sa tête puis vit...Il n'en croyait pas ses yeux! Quel horreur!
Il se retira tout de suite de cet endroit infâme. Des cadavres d'enfant et de femmes massacrés était étendus sur le sol. On pouvait facilement en distingué une vingtaine, pas étonnant que Mitridate ait vomit puis fait une syncope. L'air était sans doute contaminé...Mais que c'était-il passé? Pourquoi y a-t-il eu un tel massacre? Objet d'un secte ou autre culte obscure?

Le coeur net, Torak l'Orateur s'avança encore plus dans la grotte voulant découvrir des réponses à ses questions.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Feuline
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 25 Déc 2007
Messages: 107
Royaume de naissance: Nar Fëa
Prêtresse de Feïdia Humaine Féminin Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Ven 17 Avr - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

Feuline était là. Seule. En elle-même elle pestait. Elle devait rester là à patienter pendant que lui allait à l’aventure ! Ca aurait dû être le contraire ! C’était sa mission ! Enfin elle se calma et se pencha sur le corps du garçon. Il n’était pas en forme. Il était encore plus livide et pâle que d’habitude. Bien que la jeune prêtresse ait vite remarqué que le teint des hommes de l’eau n’était pas très bronzé, ce visage lui paraissait anormalement pâle. Cependant elle ne pouvait pas laisser Torak s’aventurer seul vers le danger ! S’ils s’amusaient tous à y aller un par un, c’était donner du pouvoir au mauvais esprit qui pourrait les éliminer tranquillement sans se fatiguer. Elle réfléchit. Il lui fallait une solution. Elle ferma les yeux et expliqua à Feidia son problème. La déesse n’avait aucun pouvoir en cet endroit. La magie était trop importante et en territoire de l’eau elle ne pouvait intervenir. Elle lui dit alors d’adresser ses prières qu’elle guiderait vers le dieu de l’eau, celui de cet enfant, le dieu Posanès. La prêtresse se mit en position de prière, fit le vide dans son esprit et invoqua le dieu de la sagesse. Ce dernier répondit à son appel et regardant son fidèle par les yeux de la jeune fille, il envoyé sa monture de pierre dans la grotte afin de sortir de cet endroit malsain son serviteur. Puis il recommanda à Feuline d’être prudente car ce temple était consacré à son frère plus malsain et cruel que lui. Elle ne remit pas en doute ses paroles car elle sentait elle aussi un souffle mystérieux et qui ne présageait rien de très bon.

Samiëlle était sur la monture qui brillait d’un bleu argenté, après un dernier regard, elle repartit vers la lumière et Feuline se retrouva seule dans le noir. « Zut » pensa t-elle, elle avait oublié que c’était Torak qui avait la lumière. Si seulement il n’était pas parti aussi vite en la prenant au dépourvu. Elle essaya de le contacter par pensée mais les ondes étaient mauvaises et il ne devait pas percevoir grand chose. Elle se concentra et puis arrêta. Avait-il entendu ? Elle n’en savait trop rien, mais rien ne servait de rester ici, autant avancer. Elle s’adressa à Feidia. « Déesse, ô ma déesse, même si votre pouvoir n’est en ces lieux inefficace, conduisez-moi vers Torak. » La divinité entendit son appel et guida sa fidèle à travers la grotte. Pas une fois elle ne trébucha ni se cogna, sentant le sol et ce qui l’entourait par un sixième sens.

Enfin elle rejoignit la lumière de son chevalier et Feidia la quitta. « Merci » lui dit-elle. Torak semblait surpris de la voir aussi elle lui chuchota ce qu’elle avait pensé et ce qu’elle avait fait du petit garçon et le jeune homme n’eut d’autre choix que d’acquiescer. Rapidement elle l’embrassa et lui fit un petit clin d’œil en souriant. Cependant elle ne prit pas sa main, l’heure n’était plus à rêvasser. L’odeur était anormale et tout semblait suspect. L’entretient qu’elle avait eu plus tôt avec le dieu Posanès avait confirmé ses doutes, il fallait être sur ses gardes. Suivant l’homme avec prudence ils débouchèrent soudain dans la une pièce construite de marbre. La plus grande pièce et celle qui était l’aboutissement de la longue traversée. Le cœur du temple. Les murs étaient taillés avec des visages de morts et de gens qui criaient. Le plafond était bas et couvert de stalactiques. Le sol était rouge. Rouge… sang. Feuline fit un sourire. C’était joli. Puis près une brève réflexion elle grimaça. Combien d’hommes et de femmes avaient été tués pour combler le rituel ? Derrière, une grande statue s’élevait sur un poisson des mers profondes dont Feuline ignorait l’existence. Le dieu tenait dans ses mains une fourche et une lame ondulée couverte de sang séché. Sans doute le frère de Posanès pensa Feuline et elle le chuchota à Torak silencieux. Tout autour de lui des poissons affreux et inconnus dessinaient un arc de cercle. La table des sacrifices était devant eux, plus rouge encore que le sol et avec des courbes difformes dont la jeune fille devina les dessins des incantations obscures de l’eau. Au pied droit de cette table était la pierre de feu, dans un ovale de verre.


« - C’est elle. »

Dit-elle simplement. C’était trop simple. Cela ne pouvait pas être si facile. Où était le piège ? Comme rester là à rien faire n’était pas une solution, Feuline s’avança d’un pas décidé retenant d’un geste Torak afin qu’il reste derrière. « L’air est humide. Les algues sont sur les murs. Mais où est le point d’eau ? » Feuline pressa le pas. Il fallait sortir au plus vite de cet endroit maudit. Elle le sentait pas du tout et elle ne serait contente qu’une fois à l’air frais. Elle se saisit du bocal et après une incantation elle le cassa et le fourra dans son sac. Là, il serait à l’abri et ne pèserait pas lourd. Mais dès qu’elle eut fini, un grondement se fit entendre. Elle rejoignit vite Torak, il fallait fuir, vite ! Soudain, jaillit de derrière la statue une bourrasque d’eau. Feuline se mit à courir plus vite encore laissant échapper un petit cri de détresse. S’il existait bien une chose qu’elle ne supportait pas c’était de l’eau froide. En plus l’eau froide la paralysait et dès lors elle ne savait plus nager ! Mais le chemin n’était pas sans encombre et elle était sans cesse ralentie par ses trébuchements. Ses genoux étaient désormais sous eau…

~~~~~~~~~~~~~~~~~
La Rose Rouge est faite de passion, d'amour et de sang.
Torak
Illuminaë, le royaume béni

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2007
Messages: 30
Royaume de naissance: När Fëa
Mage Semi-Elfe Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Sam 18 Avr - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

Le mage marchait seul , s'enfonçant de plus en plus dans les ténèbres. Par la lumière de sa dague , il découvrait plusieurs symboles et fresques peintes ou gravés sur ce qui semblait être les murs du temple. Soudain des bruits de pas légers se firent entendre , Torak se retourna et découvrit la belle Feuline. Celui-ci ne dissimula pas sa surprise , lorsqu'il s'apprêta à parler , la prêtresse lui expliqua dans quel but elle l'avait rejoint puis le rassura au sujet de Mithridate , le jeune adolescent.
Le chevalier reçu un léger baiser , capta le petit clin d'oeil de sa bien-aimée puis ils continuèrent tout deux la route vers le coeur du temple.

Enfin ils débouchèrent dans une grande salle faite de marbre , du sol au plafond. Des visages de morts parsemaient les murs qui les entouraient , le sol était rouge sang. Torak comprit pourquoi il avait vu tant de morts un peu plus tôt. Ces derniers étaient des sacrifiés pour un quelconque dieu malsain. En piochant dans ses souvenirs de théologie , il pensa aussitôt au cruel frère du dieu Posanès. Une mine de dégoût se dessina sur le visage du chevalier lorsque Feuline lui confirma ses soupçons.

Torak fixa la table sacrificielle , celle ci était rouge , plus rouge que le sol. Un flot de sang avait été déversé sur cette table , des dizaines de sacrifiés , pensa le jeune homme. Enfin Torak remarque la pierre de feu , était-ce celle dont parlait Feuline?

" - C'est elle. " , dit simplement la prêtresse.

Elle fit signe au chevalier de rester en arrière puis elle s'avança d'un pas assurée vers la pierre. Ell brisa le bocal qui la renfermait après une brève incantation. Un grondement se fit entendre , l'eau jaillissait de derrière la statue. Ils commencèrent à fuir vers la sortie , vite il fallait rejoindre l'air libre!
L'eau arrivait aux genoux du chevalier et de la prêtresse , cela les ralentissait. Torak voyait que Feuline était en difficulté , de sa main libre il empoigna la prêtresse. Il distingua brièvement un regain de confiance chez elle , et elle avança , déterminée.
Le niveau d'eau grimpait rapidement , il fallait faire vite. Torak aperçu le jeune Mithridate , toujours évanouis et presque happer par l'eau. Le chevalier lâcha la prêtresse et , afin de couvrir le rugissement des flots , il lui cria :

-Court! Court le plus vite possible! Je te rejoins tout de suite , je m'occupe de Mithridate!

Feuline acquiesça , difficilement puis elle courut vers la sortie toute proche. L'Orateur se précipita vers l'adolescent , le posa rapidement sur son épaule et reparti en direction de la sortie. Torak n'avait pas été un chevalier pour rien , il avait soulevé ainsi des camarades bien plus lourd que Mithridate et il avança à une allure presque soutenu dans l'eau qui lui arrivait maintenant au niveau du bassin.

La sortie était proche , il voyait la lumière du jour , Feuline était dehors , il n'en doutait pas. Après un dur et dernier effort , Torak émergea de la grotte inondée , le jeune Mithridate sur les épaules. Il aperçu Feuline qui s'était réfugiée un peu plus loin là où ils avaient laissé les chevaux.
Torak se retourna vers la grotte , l'eau en émergeait à son tour, en petite quantité. Un grondement sourd se fit entendre, accompagné de plusieurs bruits de craquelures puis soudainement , l'entrée de la grotte s'effondra.
Le silence règnait alors sur le lac de Sintagor. Torak déposa l'adolescent au sol , il était toujours inconscient mais il respirait et son rythme cardiaque était normal , il n'y avait pas d'inquiétude à avoir. L'Orateur tourna la tête vers la prêtresse. Elle grelotait de froid , tout comme lui , il lui sourit puis la prit dans dans ses bras. Il lui chuchota à l'oreille:

-J'ai tellement eu peur de te perdre , Feuline. Je t'aime...

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Feuline
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 25 Déc 2007
Messages: 107
Royaume de naissance: Nar Fëa
Prêtresse de Feïdia Humaine Féminin Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Sam 18 Avr - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

Feuline courut seule vers l'extérieur la tête ailleurs. Elle avait pourtant vu de ses propres yeux la statue de Posanès emmené le jeune garçon vers la sortie alors pourquoi l'avaient-ils vu étendu par terre, inconscient? Etait-ce un mirage qu'elle avait vu? Cette lumière bleu argentée semblait pourtant réelle... Ou le dieu malsain avait-il empeché la statue de sortir à l'air frais? Tout ceci restait bien mystérieux. En tout cas, si son amour ne sortait pas elle s'en voudrait toute sa vie. Elle se retourna mais la grotte était trop sombre pour qu'elle puisse encore l'appercevoir et puis l'eau ne cessait de monter il fallait qu'elle sorte sinon elle ne pourrait bientôt plus avancer. Plusieurs fois elle trébucha et s'étala de tout son long dans l'eau froide. Feuline eut la malchance de boire la tasse. Poie! Elle était infecte! C'était toujours pour elle ce genre de farce pas drôle. De plus elle se fit plusieurs fois griffer par les pierres pointues qui traçaient le chemin de la grotte. Elle bouda, elle serait moche bientôt si ça continuait. A un moment elle sentit même qu'elle écrasait quelque chose de mou. Elle fit un cri de surprise et courra de toutes ses jambes, quelle horreur! Il y avait de la vie dans cette eau gelée!!! Enfin elle regagna la sortie. Ouf! Elle était sauve. Mais Torak? Après s'être hissée sur une pierre sèche un peu en hauteur elle regarda inquiète vers l'entrée de par où elle venait de sortir. Au dessus d'elle des oiseaux noirs volaient et lui faisant peur. L'eau qui débordait de la grotte se jetait dans un lac plus loin. Il ne fallut pas longtemps à la jeune fille pour deviner le danger: Si l'eau montait le chemin par lesquels y étaient venus seraient bientôt inondé lui aussi et ils ne pourraient plus passer! Vite elle rejoint leurs montures. Mais il n'y avait pas de soleil, les nuages recouvraient tout le paysage et laissait même présager une pluie qui aggraverait encore leur état.

La jeune fille se mit à grelotter, d'abord légèrement puis de plus en plus fort. Ses seuls vêtements qu'elle portait étaient trop légers et elle ne voulait pas risquer de perdre la pierre en ouvrant son sac n'importe où auprès d'autant de lacs où elle pourrait se perdre, pour prendre des vêtements secs, se doutant bien que le dieu malsain ferait tout pour récupérer la pierre de feu perdue avant eux. Enfin Torak sortit avec sur son dos l'adolescent. Derrière lui la grotte s'effondra. Ouf! Il était moins une comme qui dirait. Mais l'eau continuait de jaillir, se frayant un chemin même parmi les rochers et le niveau des lacs avoisinant continuait d'augmenter. Il n'était pas l'heure de trainer! Mais d'abord il fallait voir l'état de notre grand malade.

Après qu'il l'eut allongé les deux jeunes gens en même temps s'inquiétèrent de son pouls. Heureusement il battait normalement. Alors n'y pouvant pu Feuline se laissa prendre dans les bras chauds et mouillés de son homme et lentement son rithme cardiaque cessa de battre à toute allure. S'il était à ses côtés elle ne risquait rien. En réponse à son souffle chaud auprès de son oreille elle l'embrassa avec passion. Oui, elle l'aimait, elle l'aimait à la folie. Après une brève petite explication, le chevalier fut prévenu du drâme qui se profilait et jugeant tout comme elle qu'ils en avaient eu assez comme baignade aujourd'hui, il se détachèrent difficilement puis ils se hatèrent d'attacher Mitridate sur une monture. Prenant chacun la leur ils se mirent en route pressant le pas.

Alors qu'ils étaient au milieu du chemin jusqu'à l'auberge, ce que Feuline redoutait se passa et un orage éclata à grosses gouttes. Feuline se taisait mais elle sentait qu'en elle, sa température augmentait fortement et qu'elle était en train d'avoir de la fièvre. Elle serra les dents, se mordit les lèvres, mais rien n'y pouvait, sa chaleur corporelle augmentait en flèche et bientôt elle ne serait plus capable de tenir sur sa monture. S'attacher comme Mitridate? Oui mais qui tiendrait la corde du cheval vu que Torak avait déjà celle de l'autre cheval en main... Non elle devait tenir. Tenir... Elle était maintenant atteinte de tremblement, elle se sentait soudain très chaud puis très froid. Cette sensation était horrible. Ses lèvres étaient bleues, et ce chemin qui n'en finissait pas!! De l'eau ruisselait sur ses cheveux qui étaient désormais tout décoiffés. Feuline entre deux douleurs pensa qu'elle devait être horrible, lamentable et ridicule... Et cette pensée l'accabla encore un peu plus. Des larmes lui montèrent alors aux yeux. Des larmes de douleur ou de honte, elle n'en savait trop rien.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
La Rose Rouge est faite de passion, d'amour et de sang.
Torak
Illuminaë, le royaume béni

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2007
Messages: 30
Royaume de naissance: När Fëa
Mage Semi-Elfe Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Sam 18 Avr - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

Après quelques échanges de paroles , une fois les montures prêtes , le trio repartis vers l'auberge où ils s'étaient tous rencontrés. Mithridate tenait bien en selle , sa monture étant guidé par Torak lui-même. Au milieu du chemin , un orage se profilait au loin , il en tarderait pas à venir sur eux. Le chevalier voulut accélérer le pas quand il s'aperçu du chagrin sa bien aimée. Inquiet , il se rapprocha et découvrit la raison de ses pleures. Ses lèvres était bleu , elle était en train de geler , la fièvre n'allait pas tarder à l'envahir , si elle venait à attraper une quelconque maladie.

Le chevalier arrêta les chevaux , descendit de sa monture et fit faire de même à Feuline. Il la prit dans ses bras pour la réconforté et posa délicatement une main sur son front. Sa tête était bouillante , il fallait arriver à l'auberge au plus vite pour la soigner.
Torak lâcha la prêtresse et foulla dans une de ses besaces. Il en ressortit une plante aux feuilles d'un rouge comparable au fabuleux coucher de soleil que l'on pouvait observer à Windian. Il prit un bol , un pilon et malaxa les feuilles. Rajoutant de l'eau , il tendit le bol à la jeune femme et lui expliqua:

-Ceci va stabiliser ta fièvre. Tu ne pourra t'évanouir d'ici l'auberge.

Feuline but tout le contenu du bol et le rendit au chevalier. Torak détacha sa veste et la passa autour des épaules de sa bien aimée. Cela éviterait d'aggraver son "coup de froid".
Il remontèrent ensuite en selle et continuèrent jusqu'à l'auberge à rythme soutenu afin d'éviter le plus gros de l'orage. Feuline faisait du mieux qu'elle pouvait mais la plante avait sans doute fait effet.
Ils arrivèrent enfin à l'auberge. Les chevaux attachés , Mitridate sur ses épaules et Feuline tenu par la main, le chevalier poussa la porte. Il n'y avait pas grand , deux marins sans doute et l'aubergiste. Ce dernier , surpris par l'arrivée du trio s'apprêtait à parler quand Torak le coupa:

-Posez pas de question. Donnez moi simplement une chambre.

L'homme hésita mais les mena quand même à l'étage et leur ouvrit une chambre. Celle-ci comportait trois lits , exactement ce qu'il fallait. Torak déposa Mitridate sur un puis il se tourna vers la prêtresse:

-Allonge toi. Je vais te donner quelques plantes qui stopperont ta fièvre. Il te faudra peut être un bon bain bien chaud.

Torak lui fit un clin d'oeil. Elle paraissait énormément fatiguée , ce qui inquiéta le mage. Une fièvre fatigue souvent mais après ce qu'ils venaient de vivre , il se pourrait qu'elle est plusieurs facteurs provocateurs de maladies différentes.

*Salarion , faîtes que ce ne soit qu'une grosse fièvre*


Il prépara plusieurs mixture et les fit boire à Feuline puis il l'embrassa passionnément. Il jeta un coup d'oeil à l'adolescent , ce dernier dormait toujours. Leur chemin allait se séparer bientôt , il avait remplit son travail de guide. Seul un petit évanouissement avait eu raison de l'adolescent.

Le mage reposa ses yeux sur Feuline. Elle avait presque l'allure d'une guerrière avec ses vêtements trempés et ses cheveux décoiffés. Le chevalier sourit puis lui dit:

-Je vais te faire préparer un bain dans une autre chambre , je revient tout de suite.


Après un petit entretien avec l'aubergiste , une chambre, comportant un bain juste préparé par le propriétaire, était maintenant prête.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Feuline
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 25 Déc 2007
Messages: 107
Royaume de naissance: Nar Fëa
Prêtresse de Feïdia Humaine Féminin Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Mar 21 Avr - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

Feuline ne se souvenait plus très bien comment elle était arrivée dans cette chambre. Mais c’est seulement à la voix de Torak qui s’adressait à elle qu’elle réalisa qu’elle connaissait cet endroit. Par contre elle ne savait plus dire d’où parce que le fait de se concentrer quand on a de la fièvre, ce n’est pas une chose facile. Ce qu’elle comprenait en tout cas bien c’était que son chevalier était en train de prendre soin d’elle et rien que cette pensée apaisa déjà légèrement sa fièvre. Si Torak était à ses côtés tout irait bien. Oui ! Oui elle voulait un bon bain chaud. Elle voulait se débarrasser de toute cette sueur, de toutes ses algues qu’elle sentait sur son corps depuis tout à l’heure, de toute la crasse qui s’accrochait méchamment à elle alors qu’elle ne voulait qu’une chose c’est qu’elle parte. Oui un bon bain chaud lui ferait du bien. Et puis elle pourrait passer une jolie petite robe pour cette nuit. Elle se sentirait bien, bien au sec, et puis elle passerait sa nuit avec Torak à ses côtés.

En attendant elle se coucha et se laissa apaiser par quelques plantes dont son aimé avait le secret mais surtout par le baiser qui clôturait la boisson. Feuline ferma les yeux. Peu de temps après, Torak vient lui chuchoter que le bain l’attendait dans la chambre d’à côté, la jeune fille sourit, se leva difficilement en prenant sa sacoche avec et s’appuya sur son homme pour rejoindre son bassin d’eau chaude. Une fois devant, Torak voulut la laisser se débrouiller mais elle ne voulait pas le quitter. Un compromis fut trouvé. Il attendrait sur les lits de la chambre pendant qu’elle prendrait son bain dans le bassin derrière la palissade de bois. Ainsi il pourrait intervenir si elle allait trop mal.

Feuline ne prit pas longtemps pour se déshabiller puis doucement se laissa glisser dans l’eau chaude de la baignoire. Elle se sentit sitôt soulagée. Elle aimait le contact de l’eau chaude sur sa peau et cela lui faisait baisser un peu sa fièvre. Cela lui rappelait aussi un peu son pays où elle aimait se baigner dans les sources chaudes. Elle se frotta au savon - ce qui lui valu quelques grimaces quand elle passait sur ses éraflures récentes - et essaya également d’arranger ses cheveux. Elle se laissa encore un peu traîner dans son bain puis finit par vouloir rejoindre son homme qui l’attendait à côté et qui allait finir par s’inquiéter si elle trainait trop en longueur. Elle sortit donc de l’eau et se sécha bien. Dans son sac elle prit une petite robe de nuit rouge et légère en dentelle qu’elle aimait bien. Le contact de la matière du vêtement lui fit retrouver un peu de son sourire. Elle se coiffa les cheveux. Voilà à présent elle était de nouveau plus ou moins présentable. D’une main elle prit ses affaires mouillées, de l’autre son sac et sortit de derrière la palissade.

Torak l’attendait derrière bien sagement. Quand elle s’avança vers lui, il lui sourit. C’est alors qu’après l’avoir embrassé, elle lui fit remarquer qu’à lui aussi un bon bain lui ferait fort du bien. D’ailleurs, l’aubergiste avait tout prévu puisqu’un autre bac à côté avait été prévu à cet effet. Et puis il sentait l’algue de mer, ce ne devait pas être très agréable à porter. Avait-elle été plus insistante que ce qu’elle pensait ? En tout cas Torak eut l’air de comprendre et il se résigna à prendre lui aussi un bain. Elle lui passa alors une longue tunique d’homme pour la nuit afin qu’il ne remette pas ses habits tout mouillés après (elle avait ça dans son sac qui trainait au fond de sa garde robe, elle ne sait elle-même pour quelle occasion elle l’avait acheté…).

Après ça elle s’allongea sur un des lits de la chambre. Si ça fièvre était un peu tombée (grâce au bain ? Grâce aux plantes ? A Torak ? Sans doute un peu des trois), elle prit son sac sur le lit et l’ouvrit. Elle en ressortit la pierre de feu. Doucement elle passa sa main dessus et sentit que la pierre réagissait à son contact. Intriguée, elle ferma les yeux, ses mains appliquées sur la pierre formant le cercle des incantations de prière. Alors elle sentit une chaleur douce se répandre en elle calmement, majestueusement. Elle se sentit revivre, comme si sa vitalité perdue était d’un coup retrouvée. Elle se sentit aussi redevenir belle et pure, douce et jolie. Cette sensation de bien-être l’apaisa entièrement. Alors la passion et le désir que le culte de Feidia promettait vinrent également la visiter. Elle commença à se sentir plus sensible, plus désireuse, plus attractive, câline… Elle rouvrit les yeux et lâcha la pierre. Quel pouvoir contenait t’elle ? Ce qui était sûr c’est que c’était une pierre de sa déesse ! Il n’y avait qu’elle pour avoir de pareilles idées ! Elle regarda sa peau. Partout ses blessures avaient disparues, elle était totalement rétablie. Mais elle se sentait toujours aussi aguicheuse et câline. Comment Torak allait-il réagir ? Il fallait qu’elle lui fasse toucher la pierre à lui aussi ! Ainsi ses blessures disparaîtraient aussi et il comprendrait son état d’être du moment.

Le moment arriva où il sortit de son bain. Il avait été plutôt rapide. Ses cheveux étaient encore mouillés mais son regard était vif. Il avait mis la tunique de Feuline. Il était tout simplement sublime. Royal dans cette tunique bleue qui lui allait à merveille en symbiose avec ses yeux ciel. Il dut se rendre compte qu’elle allait nettement mieux car il s’approcha d’elle avec de la douceur dans ses yeux. Alors avant de l’embrasser et de s’emballer, la jeune fille prit la parole d’un ton qu’elle voulait grave. Elle lui expliqua que la pierre était magique et guérissait les blessures et que donc lui aussi devait la toucher. Et peut-être l’amour rend t-il aveugle, mais c’est ce qu’il fit sans poser plus de question que cela.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
La Rose Rouge est faite de passion, d'amour et de sang.
Torak
Illuminaë, le royaume béni

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2007
Messages: 30
Royaume de naissance: När Fëa
Mage Semi-Elfe Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Dim 17 Mai - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

Le mage avait tout préparé, l'aubergiste avait démarré au quart de tour , sans doute intimider par le dur regard de Torak. Le voyage avait été difficile , très fatiguant et ce n'était pas le jour pour énerver le guerrier qui était, d'habitude, d'un naturel calme. Il remonta dans la chambre , les bains étaient prêts et après une petite discussion, Feuline prendrait son bain pendant que le chevalier attendrait de l'autre côté de la palissade.

Le mage rêvassait, le souvenir de se vieux amis l'envahit. Akasha et Imrahil...les seuls personnes qu'il pouvaient qualifier d'amis. Le mage avait longtemps combattus pour la Reine de Feu , il était même devenus Général et le plus proche conseiller de la Reine.
Puis vint Imrahil, le Dragon, chevalier au service du Bien et véritable chef. Les deux chevaliers se lièrent rapidement d'une amitié qu'aucune personne existante sur Thalion ne pouvait brisé. Entre Le Dragon et sa reine, ce fut une autre histoire. Ils étaient maintenant Roi et Reine de När Fëa et leur amour légendaire était chanté par tout les bardes du monde.

Torak avait un moment de nostalgie, puis ses pensée vinrent à Feuline. Les flèches de l'amour l'avaient touchés , ici même, avant de partir en mission. Pour elle, il voulait rester à När Fëa, une lettre de sa part envoyé à Windian, suffirait pour mettre à sa place un nouveau Grand Mage.
Torak voulait faire sa vie avec la prêtresse.

Il tourna la tête vers son aimée sortante de derrière la palissade et lui sourit. Elle était magnifique, habillée d'une petite robe de nuit en dentelle rouge. Cette dernière l'embrassa en retour et lui conseilla de prendre un bain. Torak s'y dirigea, prenant au passage une belle tunique bleu que lui tendit Feuline.

Le chevalier se déshabilla et se glissa dans le bain chaud. Le mage fut soulagé lorsqu'il se frotta au savon, l'odeur vraiment désagréable d'algues de mer disparaissait ce qui fit sortir un léger soupir de la bouche du chevalier. Il lava aussi ses cheveux gras et son soulagement fut total. Il n'y a rien de mieux que d'avoir des cheveux propres.

Enfin le mage se sécha et enfila la tunique bleu. Elle lui allait à ravir et cela lui plaisait. Sortant de derrière la palissade il sourit une nouvelle fois à Feuline. Celle-ci semblait changée, heureuse et guérit. Elle lui expliqua qu'elle avait touchée la pierre, elle avait convaincu le chevalier de la toucher.
Torak posa sa main sur la pierre divine, il fut soudain envahit de...pureté. Il se sentit rajeunir, ses cicatrices disparaissaient, il redevenait parfait? Oui parfait. Aucun défaut ne subsistait sur sa peau et seul restait ses tatouages qui s'illuminaient. Il sentit un puissance l'envahir, puis le désir et la passion. Le culte de Feidia l'envahissait, le mage ne l'avait jamais perçu ainsi.

Enfin il lâcha la pierre, son visage était doux et attentionné. Il regarda Feuline, un "je t'aime" n'était pas utile, leurs regards suffisaient. Torak enlaça son aimée et l'embrassa. Tout l'amour qu'il avait pour elle s'exprimait dans ce simple baiser.
Tout deux tombèrent comme un seul homme sur le lit de la chambre, il semblerait que la passion de Feidia se soit emparer de leur âme.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Feuline
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 25 Déc 2007
Messages: 107
Royaume de naissance: Nar Fëa
Prêtresse de Feïdia Humaine Féminin Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Jeu 2 Juil - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

Feuline trouvait Torak particulièrement beau, fort, vaillant, majestueux, gentil, doux, bref parfait, ce soir. Tous ses sens se développaient rapidement. Elle vit d’abord son beau visage se rapprocher du sien. Puis elle sentit son souffle sur sa peau tandis qu’elle fermait les yeux. Elle sentit sa main glisser le long de son corps et sa bouche gouter la sienne. Elle sentit le bon parfum du bain mêlé à l’odeur de Torak qu’elle connaissait désormais par cœur. Elle s’étendit tendrement tout contre ce corps chaud et aimant qui l’attirait inlassablement. Elle frissonna de plaisir. Feidia avait bien fait ce monde, même si en ce moment Feuline était trop occupée à autre chose pour penser à sa déesse, celle-ci s’appliquait à faire rejoindre les deux tourtereaux le comble du désir. Personne ne viendrait les déranger, cette nuit appartenait à eux, à leurs rêves, à leur monde à construire. Peut-importait demain, en ce moment, ils nageaient dans le bonheur et entrevoyaient le paradis.

Feuline posa sa main sur la poitrine de son amant. Celle-ci se soulevait régulièrement au rythme de sa respiration. Ces battements de cœur qui rappelaient qu’il était bien vivant, qu’il était ce soir à elle, simplement à elle. Ah son Torak… Elle l’aimait ! Elle l’aimait à la folie ! D’un regard plein de tendresse, elle l’embrassa encore et encore. Sans cesse elle revenait dans ses bras et il la serrait fort contre lui. Bientôt, il se décida enfin, et ensemble ils se donnèrent l’un à l’autre. Feuline avait chaud mais elle aimait ça. Elle entendait aussi son homme respirer de plus en plus vite et elle en jouissait. Elle savourait chaque instant, chaque sensation. Elle se sentait bizarre, étrangement bien, presque dans un autre monde. Elle fatigait mais voulait aller jusqu'au bout avec lui.

Feidia sourit là où elle se trouvait. Mission réussie.

Les oiseaux chantaient. Leurs rires étaient moins beaux qu’en terres chaudes, mais ces oiseaux de mers s’égosillaient malgré le temps mauvais. Un faible rayon de soleil passa par la fenêtre et en bas on pouvait entendre les casseroles bouillir et les gens parler. Lentement Feuline ouvrit un œil. Elle était là, nue contre un corps chaud et rassurant. Vite elle referma les yeux, elle voulait encore rêver un peu. Elle ne voulait pas se réveiller et voir qu’en fait c’était quelqu’un d’autre que Torak à ses côtés et que tout ce qu’elle avait vécu jusqu’ici n’était qu’un rêve. Elle sentit une grande main doucement caresser la sienne déposée tendrement sur l’épaule de ce dernier. Zut ! Il l’avait repéré ! Mais elle se sentait bien, elle voulait encore rester près de lui. Encore un peu… Sa main remonta le long de son bras et caressa doucement son visage, passa sur ses lèvres et finit son chemin dans son dos. Feuline finit par craquer et ouvrir timidement ses yeux. Ceux-ci furent directement plongés dans le regard pénétrant et de couleur ciel de son amoureux. Elle ne put s’empêcher de murmurer : « Torak.. » A l’entente de son nom il lui fit un sourire grand jusqu’aux oreilles et plein de douceur et Feuline fondit sur place. Il était tellement beau… D’un mouvement commun, ils s’embrassèrent. Alors la jeune fille se coucha sur lui pour mieux profiter encore un cours instant de la proximité dont elle avait droit. Elle s'accrochait à lui, ne voulait pas le laisser partir, mais de toute façon il ne semblait pas en avoir envie non plus.

Puis soudain quelqu’un toqua à la porte et les deux jeunes gens surpris sursautèrent légèrement. L’aubergiste s’inquiétait de savoir s’ils n’étaient pas partis sans payer et une parole de Torak suffit à la faire descendre et à les laisser de nouveau tranquille. Mais les deux jeunes gens sentirent bien qu’ils devaient se lever et se mettre en route s’ils voulaient rejoindre Nar Fea rapidement.
A contre cœur, ils se détachèrent et après un brin de toilette, silencieusement s’habillèrent. Quand ils furent prêts, main dans la main, ils descendirent manger, la pierre dans son sac bien à l’abri et sans cesse sous le regard de la prêtresse.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
La Rose Rouge est faite de passion, d'amour et de sang.
Torak
Illuminaë, le royaume béni

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2007
Messages: 30
Royaume de naissance: När Fëa
Mage Semi-Elfe Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Dim 4 Oct - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

Un désert immense, s'étendant à perte de vue. Aucune civilisation, pas le moindre petit village construit au bord d'un oasis accueillant. Il n'y avait rien, rien à par des milliards de millions de grains de sable. La soif le tenaillait, le soleil le brûlait, il avait la tête lourde... Le mage de lumière était seul, suivant un but dont il ne savait rien. Pourquoi était-il ici? N'était-il pas dans les bras de son aimée? Que lui arrivait-il?
Un rêve, ce n'était qu'un rêve! C'était la seul explication mais, tout ceci paraissait si réel... Il marchait depuis des heures, enfin c'était son impression. Quelqu'un jouait-il avec son esprit? La réponse ne se fit pas attendre, l'horizon se brouilla et une forme apparut. Etait-ce un homme, ou une autre race humanoïde? Le grand mage s'avança vers la créature.
Cette dernière le fixa puis rie, d'un rire caverneux, maléfique et surtout inhumain. La forme se brouilla et disparue, ne laissant échapper qu'un seul mot: Darek.

La chambre était légèrement éclairé par la lumière du jour, laissant apparaître le doux visage de son aimée. Ils s'aimaient et ils se l'étaient montré mutuellement. Feidia y était peut être pour quelque chose, la nuit dernière les deux amants avaient libérés leur passion et la nuit fut magnifique. Torak observait le visage parfait de Feuline. Elle se forçait à fermer les yeux, ce qui fit sourire l'ancien chevalier. Il caressa sa main et elle lui répondit, passant sa main sur son visage bienveillant, ses lèvres puis sur son dos. Elle ouvrit alors les yeux et ils furent tout deux plongé dans le regard de l'autre. D'une volonté commune, ils s'embrassèrent et profitèrent de cet instant qu'ils voulaient éternel.

Mais comme toujours, ils furent dérangés par l'aubergiste. Celui-ci voulait s'assurer qu'il n'était pas partie sans payer. La voix calme et posé de Torak suffit à l'éloigner. Ils étaient de nouveau seul, mais il fallait bien partir, à contre coeur. Habillés, lavés, les deux amants descendirent main dans la main prendre un petit déjeuner.
Enfin prêt, Torak paya l'aubergiste puis partit scellé les chevaux et harnaché leurs affaires. Il fallait rejoindre au plus vite Argent, Torak voulait parler au plus vite à son ami de toujours, Sir Imrahil. Le mage se souvenait de ce rêve et de ce mot: Darek. Que signifiait ce mot? Un nom, une race, une arme... Il devait en parler, ce rêve n'était pas banal, il annonçait quelque chose mais quoi?
Torak et sa bien-aimée chevauchait côte à côte, seuls. C'était le moment de lui en parler et d'une voix ne laissant pas percevoir son inquiétude il demanda:

-Feuline, mon amour, est-ce que le mot Darek te dit quelque chose?

Il n'avait donnée aucune explication, juste le mot qu'il avait retenu de ce rêve plus ou moins inquiètant.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à (2017) Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf Warcraft
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by Dagonfield Génésis :: by nerevare