FAQ   Membres   Groupes   S’enregistrer   Messages privé   Profil   Dé/connexion 


Recherche rapide :
 

 ~Si vis pacem, para iustitiam~ Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Akasha Idril
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2007
Messages: 39
Royaume de naissance: När Féä
Elémentaliste Driade-Vampire Féminin Vierge (24aoû-22sep) Blason de la Flamme éternelle

MessagePosté le: Lun 16 Mar - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

    ~> Si vis pacem, para iustitiam <~
    Si tu veut la Paix, prépares la Guerre

    Thème Musical


    Il est dit que lors du dernier jour, la Déesse Ardente prit repos de son œuvre pour laisser libre recours au Hasard. Dans son immense château, elle prenait pleine conscience de la prouesse qu'était sa création, assommée par ses efforts. Prenant le repos d'une main salutaire que lui tendait le dieu Sommeil, la plus terrifiante déesse du panthéon Thalonnéien ne prit aucunement garde à la faiblesse du monde qu'elle venait de créer. Car bien plus que trouble et terrible, une ombre poursuivant sa prolifération prenait plaisir aux chimères des premiers nés. Accablant de tromperie toute la pureté que les doigts de la Divine prirent danger à laisser sans nulle protection qui en vaille l'appellation. En ce jour naquit de la boue la tromperie, de la merde la luxure et de la plus ténébreuse des ombres la traitrise. S'éveillant de ce dernier jour de création, la Déesse fut bien surprise de retrouver son œuvre méconnaissable, élevant sa main telle une inébranlable épée pleine de courroux, son coeur pleine de rage s'emplit alors d'une envie de réduire à néant ses milliers de vies. Malgré les âmes encore pleines de grâce qu'elle entendait la prier de les épargner, tout été clair, il fallait détruire le tout pour éviter le triomphe de la laideur et de la tromperie. Pourtant, la faiblesse l'emporta sur l'âme immortelle de cette créateur ancestrale. Décidant alors de disparaitre pour laisser cette vie continuer, mais sans son aide. Car ce peuple devrait dés là lui prouver son mérite pour survivre. C'est ainsi que fur ériger les plus grands temple, car le peuple intelligent comprit comment flatter le panthéon. Sacrifiant quelques biens pour faire perdurer l'intérêt de cette créatrice, il n'en était pas moins certain que le coeur des offreurs était plein d'une mélasse impure et trompeuse.

    Mille années passèrent et les rois aussi avec elles, quand on parlait de cette histoire, tout son contenu était raillé par les plus jeunes. Prétextant alors que ces mythes, bons à faire peur au plus jeunes, ne leur apporteraient rien du tout. Les temples s'étaient vidaient pour que de rares élues reprennent le flambeau de cette fois dénuée de sens aux yeux de la majorité. A cette époque les tribus aux temples encore existants diminuaient de plus en plus... pour qu'un malheureux jour arrive le plus : la mise à sac du grand temple de la Flamme éternelle. Le Roi de l'époque ne comprenait plus cette pieuse tradition que honorée encore les plus belles femmes du Royaume, le vœux d'abstinence. Toutes les pieuses prêtresses furent jeter dans d'infâmes bordels... ainsi commença l'âge sombre de När Fëa. Dans l'obscurité la plus trompeuse grandissait déjà la lueur d'une revanche ... et celle-ci avait prit la forme de la plus terrible des Princesses. Des milliers de lunes passèrent lorsqu'elle naquit enfin et d'un destin déjà craint par les plus vils, on attentat à ses jours d'une morsure bien maligne. Car la perfidie des ombres lui avait retiré un père mais lui avait offert la puissance. De celle-ci, Akasha, cette princesse au sang souillé, commença un règne bien noir, semblable à celui de son père et à ses aïeux avant lui. Mais une partie de l'histoire, qui prenait patience depuis trop longtemps, vint refaire son apparition ... la Déesse prit possession du coeur de la Princesse pour l'assagir comme elle le pu. Son hybridisme frôlait l'absurde, entre son immortalité vampire et la terrifiante puissance de son sang dryade, que lui manquait-il alors ? La totale immortalité.

    Les paroles ... menèrent à cet instant conté, maintes pas et erreurs pour tant de mains tendues ou sacrifiées. Livide venin, séchant enfin dans ses veines pour lui donner alors l'esprit le plus clair qu'elle n'est jamais eu. Vêtue alors d'une tenue des plus simple et encapuchonnée pour que rien ne la trahisse, elle prit le chemin d'une porte dérobée pour arriver là où personne ne l'attendait. Ces lieux où elle avait grandi lui été totalement inconnu. Tant et bien qu'elle ne prit même pas la peine d'en saluer l'architecture des plus magnifiques. Que l'image de ses jardins tenus en bernes lui brisèrent le coeur, mais elle n'était pas là pour cela ... non pas du tout. Le frottement de ses vêtements n'éveillèrent aucunement l'intérêt des gardes. De l'endroit d'où elle venait, personne ne pouvait penser qu'elle s'était faufilé. Quelques regards s'arrêtèrent pour chercher un quelconque renseignement sur son identité, mais ... qui pouvait croire à cette identité ? Bousculant ceux qui devait l'être, tintant son minois d'un sourire sarcastique au plus haut point, qu'il était doux pour elle de pensait que son initiatrice l'observait de son trône divin. Déjà elle savait que le sang coulerait mais nullement le sien. Cette endroit était toute à elle malgré le ravisseur qui prenait plaisir à tourmenter ce château ... et elle demeurait la seule capable de prendre totalement contrôle de la Flamme éternelle ... il était tant qu'elle agisse. Prenant soin de n'éveiller l'attention de personne, son parfum entêtant n'avait nullement changé, et lorsqu'elle fit face à la porte dérobée dans cette salle du trône esseulée, son sourire fut des plus entiers. Bien évidement ... en cette heure de la nuit, seuls quelques gardes tournaient encore, trop peu pour l'empêcher de pénétrer dans les sous sols du château d'Argent.

    ~> Nil sine numini <~
    Il n'y a rien sans la volonté des dieux


    L'arc de pierre qui ouvrait l'immense labyrinthe tenait en son sein ses mots gravés. Premier pas dans cet univers qu'elle connaissait par coeur. Chaque pas qu'elle effectuerait ne serait que l'exacte réplique de ceux qu'elle du entreprendre lors de sa première traversée. Déjà la flamme la guidait, même si elle n'avait nullement besoin de cette aura pour trouver son chemin. Les monstres qui gardaient ces chemins s'effacèrent dans la pénombre alors qu'elle passaient tout proche d'eux, quelques mèches de cheveux tombèrent de sa capuche pour laisser son parfum enivrer le labyrinthe, ou cercueil de bien des malheureux fous. Avec pertinence, elle savait déjà qu'on allait bientôt découvrir sa présence, il était tellement difficile pour une ombre de ne pas être trahi par la lumière qui la créa. Se fut avec simplicité extrême qu'elle traversa le pont surplombant un gouffre de magma en fusion, faisant alors face à la flamme éternelle qui dormait dans un halo protecteur. Une soudaine et mystique bourrasque de vent vint souffler le manteau de la dame pour emporter ses cheveux derrière elle. La flamme s'éveilla enfin pour qu'un tremblement naisse de cet éveil.

    -" Viens à moi ..."

    Trois mots et les seuls qu'elle du prononcer pour faire sortir la flamme de son écrin afin qu'elle perce ses chairs pour retrouver sa place dans le centre de son coeur meurtrier de bien des humains et surhumains. Prise d'une soudaine et violente douleur, son corps perdit toute substance humaine pour s'embrasser et devenir brasier gigantesque. La puissance de la Flamme retrouvant son écrin premier reprit toute la splendeur de son pouvoir pour en magnifier sa porteuse. La Prophétie prenait doucement le chemin d'une réalisation pleine et salutaire pour la Divine qui riait déjà de la naïveté de la demi immortelle. Mais la Déesse ne semblait pas encore comprendre que cette naïve se riait déjà de puis longtemps de la Déesse et à tel point qu'elle réfléchissait déjà aux différents moyens de lui ravir sa place au panthéon. Le premier âge qui avait trouvé sa fin dans la naissance de l'âge sombre de Fär Nëa allait reprendre consistance. Le Labyrinthe s'enfonçait dans le sol pour laisser une immense place découverte en ses confins pour n'avoir comme horizon que la sortie scellée. Arabesque pleine de terreur grandissant des antres de la terre, un trône vint alors pour que la Reine et seule régnante d'Argent y prenne place ... Un temps allait mourir ... d'une main de velours pour qu'un autre naisse dans la plus grande des religions.


~~~~~~~~~~~~~~~~~

God Save the QUEEN
Publicité






MessagePosté le: Lun 16 Mar - (2009) Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Imrahil
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 134
Royaume de naissance: Inconnu
Roi de Nar Fëa, chevalier Dragon Blason de Sarnarem

MessagePosté le: Mer 27 Mai - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

S'il s'était éclipsé, c'est qu'il sentait bruler en lui le souvenir des flammes magiques de ses ancêtres, son sang de feu réagissait au réveil de la flamme créatrice et passionnée de Feïdia, tout comme Berganon devait le ressentir, de manière plus présente encore, presque tantrique. Au fur et a mesure que ses pas foulaient le sol des corridors dérobés, il sentait sa nature reprendre le dessus, sa peau se durcissait pour laisser place aux écailles solides comme l'acier, s'efforçant de conserver forme humaine, il avançait, dans le noir le plus total. Il pouvait voir, bien sur, mais a quoi bon s'efforcer à regarder quand on connait le chemin par cœur.
La pente se fit sous ses pieds, douce d'abord, alors que ses bottes cloutés ne produisaient que peu de son dans l'espace renfermé étroit ou même le bruit était étouffé par les ténèbres, puis elle devint très abrupte, et enfin, le chevalier-dragon dut s'agripper aux aspérités de la roche pour descendre plus profondément. Depuis combien de temps déjà avait il amorcé cette descente? Probablement presque autant qu'Akasha en avait mis pour traverser le labyrinthe. D'ans l'air noir et opaque, il fredonnait de sa voix grave, l'antique chant guerrier qu'un vieux paladin du nom de Rodric lui avait appris avant de partir au combat.

Enfin il touchait le sol, il semblait que le conduit s'était élargit, la chaleur l'emplissait et des émanations de souffre sortaient du sol en de volutes de vapeur informe. Plus il avançait plus le couloir s'élargissait, il avait été taillé par le feu et les griffes des dragons, la roche était tantôt lisse, polie par les flammes ardentes, peut-être même divine dit-on parmi les dragons, mais à d'autres endroits de larges traces de griffes, de taille démesurée.
Enfin capable de respirer, il laissa sa poitrine s'élargir, la boucle de sa ceinture éclata alors que ses vêtements se déchiraient sur les pointes et les écailles qui se formaient, des crocs hérissèrent sa gueule, et ses yeux s'agrandirent, sa pupille devint une pierre d'ambre fendue par une lame noire en son milieu. Sa taille avait doublé et les cornes de sa colonne vertébrale frottaient le plafond vouté, provoquant un raclement sonore qui accompagnait le bruit lourd et sourd de ses pas.
La lumière se faisait rougeoyante, des deux côtés du large chemin bordait un mince filet de lave qui allait en s'agrandissant. quand il déboucha sur une immense sale qui semblait être le cœur de la montagne sur laquelle était adossé Argent, les filets étaient devenus de petites rivières qui plongeaient dans un gouffre ou elle rejoignait un fleuve de lave qui prenait direction du volcan de Sarnarem, dans l'antre de Berganon.

Il marqua une pose devant le mince pont qui menait au labyrinthe, mais nul dédale, juste une vaste plaine plate ou erraient quelques créatures qui paraissaient s'effacer. A une cinquantaine de toises devant, la fine et gracieuse silhouette de la reine des flammes. C'était donc là que sa nuit l'avait mené. La Flamme, brulait en elle dès a présent, il le sentait, et c'était en un dragon aux écailles rougeoyantes comme des rubis qu'il s'était transformé, pas en le dragon rouge sombre, il avait une queue massive, hérissée de pointe a son extrémité, il était aussi plus petit que d'habitude. La Flamme l'avertissait qu'elle avait changé de lieu de repos, qu'elle siégeait maintenant en sa bien aimée.
D'un coup d'aile il passa par dessus le pont et s'avança de la reine de son pas lourd, sans savoir ce qui l'avait poussé à agir ainsi, son côté dryade avait du se régaler d'une telle source magique, restait a espérer que Feïdia approuvait un tel geste, et que la prêtresse du culte l'accepterait également.

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Akasha Idril
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2007
Messages: 39
Royaume de naissance: När Féä
Elémentaliste Driade-Vampire Féminin Vierge (24aoû-22sep) Blason de la Flamme éternelle

MessagePosté le: Jeu 28 Mai - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

    Nul ne pouvait comprendre la puissance qu'enfermait, maintenant, le corps d'Akasha. Son coeur ne battait plus pour son corps, non il battait pour animer la flamme éternelle. Ne faisant plus qu'un avec la Dryade qui se languissait d'une nouvelle explosion d'énergie. Alors que le feu prenait autour d'elle pour lui donner encore un peu plus d'énergie, la chaleur du labyrinthe ne faisait qu'empirer. Son âme n'était pas consumée, non Akasha restait conscience malgré tout et ça part sa fabuleuse détermination. Soudainement, son ouïe affinée par la magie ancestrale de la flamme lui fit entendre l'arrivée prompte d'une personne qui se devait d'être présent. Surtout pour un tel avènement. Prenant place sur ce trône apparu de nul part, Feïdia était penchée sur la scène, prête à tuer ou pérenniser la Reine. Cette dernière supportait très bien cette soudaine métamorphose en son originel corps flamboyant... mais la voix approchait alors qu'elle prenait place sur le trône de la sombre Argent.

    Le chant des guerriers était de plus en plus distinct alors que l'odeur de dragon prenait de l'ampleur elle aussi. Les sens décuplés de la Dryade affamée ne seraient plus aussi faibles qu'auparavant. Créant alors l'illusion d'une robe par les flammes de son être, elle qui ne voulait pas apparaitre nue malgré la composition de son corps, elle ne dut pas attendre longtemps pour être rejointe par Imrahil. Akasha se leva doucement alors que l'imposante bête légendaire prenait place face à elle. Un sourire amer se dessina dans le flambeau vivant qu'était la reine... jubilait-elle ? Son état d'esprit n'était pas clair et ça même pour elle même. La Flamme prenait possession de son être sans pour autant lui ravir toute sa raison. Mais la puissante magie qu'elle venait d'accueillir ne pouvait que lui faire tourner la tête. Akasha n'était pas moins majestueuse, digne et surtout terrifiante.

    -" Mais qui vois-je entrer en scène. Voici le dragon Imrahil. Viens-tu prendre part à la nouvelle Ère que nous offre Feïdia ? C'est elle qui m'a appellé aussi loin d'Argent, elle qui m'a ordonné de faire renaitre sa création ultime. Elle n'en peut plus du mal et de la souillure que les hommes rependent sur ses terres. Ainsi ... elle ma demandé de choisir ceux qui méritaient de vivre et de tuer tous les autres ... "

    Sa voix demeurait douce, tendre et même limpide, pourtant elle n'était plus celle d'Akasha. C'était la Flamme qui parlait au travers d'elle, lui dictant son texte alors que l'âme d'Akasha se faisait spectatrice. Qu'adviendrait-il si elle décidait de laisser son corps à cet artéfact puissant ? Mieux vaut ne pas essayer d'imaginer. Est-ce qu'Akasha pourrait se sortir de cette magie, surement mais elle n'en voyait pas l'utiliser, elle grande prêtresse de Feïdia donnerait sa vie pour sa Déesse. Quelle femme d'Argent ne le ferait pas ? C'était un honneur de servir cette cause mais ... Akasha n'était pas assez faible pour se laisser mourir. Doucement, elle reprit place sur le trône pour doucement contrôler le surplus d'énergie afin de faire taire la voix de la flamme. Une lutte sans que rien ne paraisse. La Flamme non plus ne semblait pas comprendre sa soudaine faiblesse.

    * La foi sauve même l'hérétique, je ne vois pas pourquoi ce pouvoir serait insurmontable. La Déesse ardent sait bien que je suis prête à l'aider sans sa reconquête. *

    L'intensité des flammes du corps d'Akasha se calmait peu à peu. Les traits de son visage reprenaient doucement formes humaines malgré que ses cheveux demeuraient de flammes. Le faux semblait de robe devint réelle petit à petit. Sa peau prit la place des flammes mais une aura brulante entourée encore la Reine. C'était Akasha dans sa forme la plus pure, moitié Dryade, moitié vampire... mais totalement emprise de la Flamme éternelle. Un suave parfum volait autour d'elle, sécrétait par les nouveaux Phéromones qu'elle détenait. Son image vacillait avec sensualité alors qu'elle supportait sans faillir le regard ambré du dragon. Nullement apeuré par lui et cela parce qu'elle était certaine qu'il n'oserait blesser le corps face à lui.

    -" Prends tu la place qui te reviens dans le nouveau monde que je m'apprête à créer pour Feïdia ?"


    Un second trône vont donc se positionner à la droite de celui qu'Akasha occupé... Imrahil pouvait choisir de la suivre ou pas ... mais son coeur mourrait avec sa trahison. Et beaucoup savent que c'est le coeur d'Akasha qui lui permet de retenir ses pulsions meurtrières et que son amour lui confère une sagesse qu'elle gagna grâce au dragon.





~~~~~~~~~~~~~~~~~

God Save the QUEEN
Imrahil
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 134
Royaume de naissance: Inconnu
Roi de Nar Fëa, chevalier Dragon Blason de Sarnarem

MessagePosté le: Jeu 28 Mai - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

Il mesurait chacun de ses pas, la puissance de la flamme était extrêmement présente, elle tentait a distance de s'emparer de son cœur. Mais le dragon connaissait le tempérament de Feïdia pour s'être entretenu plusieurs fois avec elle, il la retrouvait parfois en Akasha. Ce qu'il vit le teinta d'effroi, la flamme s'emparait de la reine, et faisait ressortir son côté plus proche de la déesse, la Dryade, connaissant le caractère de sa femme, rien ne l'étonnait en ce qu'elle disait, mais c'était la flamme qui parlait, Akasha Idril n'aurait jamais osé évoquer la seul possibilité de massacrer des centaines voir des milliers d'êtres sous le seul prétexte religieux d'être impur... D'où tenait elle un tel ordre? Feïdia n'aurait pas pu penser a cela dans la mesure ou chaque mâle ou femelle en état de donner du plaisir l'intéressait, et puis ses ardeurs étaient parfois et le plus souvent calmées par les autres dieux. C'était sa création, flamme pure de passion et de fanatisme ardent, qui était l'œuvre de pareilles pensées.

Il avait l'impression de sentir au fond de ce corps enflammé, le morceau d'âme encore humaine d'Akasha, le morceau qui avait fait qu'elle avait succombé sous sa puissance. Quelque part en elle, quelque chose luttait contre l'influence de la Flamme éternelle, lui même devait faire un effort pour ne pas plonger à bras ouverts dans la promesse d'un monde plus pur. Akasha reprit ses traits de femme, sublimée par une robe et par un halo ardent. Sa voix douce résonant dans son crâne, désirait se donner a elle, à cet être si magnifique qui lui promettait tant, contenter une fois de plus cette beauté suprême.

Un trône apparaissait, puis il avança plus déterminé, prêt a assumer ce nouveau pouvoir, cette nouvelle mission, prêt a tout pour les doux yeux de la belle reine des flammes. Mais soudain, il s'arrêta, ce n'était pas sa mission, de tuer au bon vouloir d'un être magique, ce n'était pas sa douce reine au tempérament volcanique qui parlait, c'était la dryade, dont les pulsions sanguinaires étaient amplifiées par l'action de la flamme. Il se devait de ramener Akasha, de repousser la bête, s'il ramenait cet âme au devant, la flamme s'accorderait a leur passion amoureuse comme dans son but premier, elle oublierait la passion maléfique a voir couler le sang, a compter le nombre de mort.

Il continua sa marche comme de rien, mais alors qu'il parvenait au trône ou son envoutante femme siégeait, il fit un effort qui lui brûla les entrailles, une douleur si vive et si intense qu'elle lui aurait arraché un cri terrible, il devait se contenir, ou la dryade resurgirait plus forte encore, son âme hurlant, il se transforma en un chevalier blond, encore vêtu de son armure scintillante, sa flamberge massive attachée dans son dos, les cheveux détachés, cascadant sur les plaques d'acier finement ciselées, un regard bleu lagon, aussi profond que les immensités abyssales, il se retrouvait comme au premier jour de leur rencontre, dans la même posture, elle si majestueuse sur son trône, lui humble malgré son statut, un genou a terre, en continuant de la fixer des yeux.
Il se releva.
On n'entendait que le vacarme des laves se jetant dans les entrailles de la terre. Sans ciller et parlant comme ce jour si lointain, de sa voix basse et profonde, il prononça ces quelques mots:


-Akasha Idril, ma reine, ma toute belle reine, ma sublime femme, j'ai su t'aimer avec tes colères et tes joies, ton simple sourire faisant mon bonheur. Ne sont-ce que des balivernes de jouvenceaux? Akasha Idril, ma femme, mordue au berceau par les créatures de la nuit, fille de mon frère Berganon, qui, qui te somme de tuer? Est-ce vraiment notre sainte déesse? Ou ton cœur de dryade te trope-t-il? Souviens toi de ce premier soir, ou dans le couchant nous nous sommes révélés, j'ai recueilli en mes lourds bras d'écaille, cette dryade animée de la seule passion du plaisir, j'ai œuvré pour lui faire perdre le goût des innocents. Ce monde de terreur et de souffrance m'est-il offert par Akasha Idril? Digne descendante de la lignée du Feu, celle dont j'ai fait ma femme par un hymen ô combien dangereux pour nous deux. Il reste un cœur dans ce corps, le cœur que j'avais tantôt conquis, le coeur que je lutte pour garder a chaque moment. Reviens moi Akasha, pour notre amour, pour l'amour de notre descendance, fait qu'elle puisse grandir dans la paix, et sous la bienveillante coupe de Feïdia.

Se faisant, il lui prit sa main blanche dans les siennes, il lui porta d'abord un baiser, puis il la porta a son cou, d'où l'armure avait mystérieusement disparue, il déposa cette délicate main sur le collier ouvragé en forme de flamme qu'il portait et qu'il ne pouvait plus retirer. Jamais il ne voudrait la tuer, pourtant elle risquait de lui l'obliger, et jamais il ne voudrait gouter à son sang, lui qui lui avait fait don du sien...

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Akasha Idril
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2007
Messages: 39
Royaume de naissance: När Féä
Elémentaliste Driade-Vampire Féminin Vierge (24aoû-22sep) Blason de la Flamme éternelle

MessagePosté le: Ven 29 Mai - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

    La puissance musique de la terre en fusion avec le feu résonnait dans l'enceinte de cette scène macabre. Les yeux d'Akasha voilaient par la flamme qui l'habitait, elle ne semblait plus reconnaitre celui qu'elle aimait toujours. Car le coeur d'Akasha se serait nullement détruit, lui si bien protégé par un amour au combien puissant. Lui, si majestueux reprit son apparat de mortel pour se présenter bien moins terrifiant. Mais la femme ne baissa nullement sa garde, assurée qu'il était aussi dangereux maintenant qu'auparavant. La Reine se débattit intérieurement, prenant conscience qu'il n'hésiterait pas à en finir avec elle et cela même s'il en mourrait d'une tristesse et d'un désespoir aussi profond que le centre de Thalion. Muée dans un silence qui n'inspirait pas la confiance, elle se laissa approcher par le Roi. Les Traits d'Akasha devinrent moins terrifiants et plus naturels alors qu'il venait face à elle, presque à porter de ses mains. Imrahil posa de nouveau le genoux par terre, comme il le fit devant la tyrannique Akasha de Jadis. La flamme n'avait nullement une conscience et une puissance de réflexion adéquate pour entrevoir les agissements du Roi. Car la nature première de Feïdia demeurait dans le plaisir charnel et spirituel des corps et des âmes. L'homme se doutait donc de la souillure infligeait au pouvoir de Feïdia mais aussi à l'âme d'Akasha. Cette dernière le regardait sans sourciller un seul instant alors qu'il parlait à cette Reine prisonnière de son propre corps et de sa propre foi.

    Les paroles coulèrent doucement et Akasha essayait de s'agripper à chacune d'elles pour se sortir de cet emprisonnement. Alors que la Flamme se plaisait à entendre les éloges de la plus puissante bouche de Fär Neä. Lui prenant la main pour la déposer sur son cou, Imrahil se mettait dans une dangereuse position. La Flamme ne savait que faire, la confusion était pleine. Ce tressaillement dans le puissant contrôle de la Flamme fut vite remarqué par la marionnette royale, elle déploya de puissants chocs mentaux contre son propre cerveau pour faire taire, quelques instants , la Flamme... tombant à genoux sous la douleur que lui infligeait son hôte, une nouvelle voix se fit entendre dans les restes du Labyrinthe.

    -" Imrahil..."

    Apeurée, saccadée, cette voix connue et pourtant méconnaissable... elle luttait pour quelques paroles,il fallait qu'elle explique son geste mais aussi qu'elle tente de lui faire comprendre l'instant présent. Akasha savait pertinemment que la Flamme reprendrait le dessus rapidement et qu'elle s'en prendrait à Imrahil. Il avait les moyens de la faire entrée dans un état de torpeur qui laisserait l'occasion à la Reine d'agir. Mais Akasha en vint à penser que la Flamme l'emprisonnerait un peu plus encore... pourrait-il sortir de sa prison une nouvelle fois ?

    -" Il le fallait ... Imrahil ... il le fallait ... toute les prêtresses ont entendu le même appel. Si je ne l'aurait pas fait, une autre aurait trouver le chemin. Une ombre divine prend plaisir à faire entendre ses douces paroles, paix éternelle, amour immuable. Imrahil, je suis bien plus forte que les autres prêtresses, je ne pouvais pas les mener à une mort certaine. "

    Prise de convulsion, elle essaya de reprendre son souffle, luttant pour garder quelques instants de plus le contrôle de son propre corps. Elle s'infligea une nouvelle décharge mentale, cette puissance qu'elle n'avait jamais usé contre elle même. Quelques gouttes de sang virent perler de ses oreilles, immonde preuve de la souffrance de son cerveau. Mais c'était la seule manière de lui accorder un peu de répit. Akasha releva de nouveau la tête vers Imrahil, son regard grenadine lui prouvait qu'elle était elle même. Doucement , amoureusement, elle prit le visage d'Imrahil entre ses mains avec fébrilité.

    -" Il faut, que je la contrôle, que je la fasse taire. Cette puissance ne sera nécessaire pour protéger le monde que nous avons assagi ensemble. Mon amour, promets moi... d'en finir avec moi si... s'il advenait que je perde tout contrôle... promets le moi... enferme la flamme, Torak sait. Et je sais qu'il est sur le chemin d'Argent. Promets le moi ... "

    Son regard éperdument amoureux mais aussi plein d'une tristesse intense, Akasha déposa un simple baiser sur les lèvres de son Roi. Intimement, elle savait qu'il trouverait un moyen de la sauver, elle se retenait à cette idée. Sa foi en lui était bien plus grande que celle qu'elle entretenait pour sa religion. Son corps tremblait, tant et bien qu'elle n'arriva plus à maintenir ses mains sur le visage d'Imrahil. Une larme vint s'écraser sur le sol du labyrinthe ... une larme aussi pure que le cristal. Respirant longuement, elle allait reprendre son combat contre la flamme mais ... il fallait qu'elle entende la promesse d'Imrahil avant cela... pour qu'elle puisse croire de nouveau en ses chances.

~~~~~~~~~~~~~~~~~

God Save the QUEEN
Imrahil
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 134
Royaume de naissance: Inconnu
Roi de Nar Fëa, chevalier Dragon Blason de Sarnarem

MessagePosté le: Ven 29 Mai - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

La véritable reine avait soudainement reprit le dessus, à grand renforts d’ondes si puissantes qu’elles se répercutèrent en un inaudible écho dans la caverne. Là les explications étaient bien plus lucides et logiques, même si l’acte de la reine tenait de la folie, il ne pouvait ignorer la puissance de la créatrice de Berganon. Il n’osait songer a ce qui arriverait probablement, le véritable regard de sa tendre femme sut le convaincre qu’il n’aurait d’autre choix, même s’il avait refusé cet acte sacrificiel, il avait promis de servir les peuples du bien afin de garantir la paix, même si cela devait engendrer le sacrifice d’une autre. Or libérer la flamme aux mains d’une dryade, mettait en péril la paix instaurée jusque là. Avec un regret infini qui pour la deuxième fois de sa vie seulement fit perler au coin de ses yeux d’azur, une larme, tout aussi cristalline que celle d’Akasha.

-Souviens toi, de cette guerre contre l’infâme Jacen, un pieux planté dans ta cuisse, alors que je te soignais, nous sourirent, en disant que s’il fallait que tu meures, ce serait de ma propre main. Je n’aurais jamais tant souffert qu’as ce moment là, pourtant il arrive si proche. Je trouverais, je trouverais, je te sauverais de là, et la Flamme de Feïdia sera enfouie a jamais, Torak n’auras le temps d’arriver. Je te sauverais, je dois le faire maintenant, sinon jamais je n’oserais.

De son avant bras redevenu écailleux et rouge sang, sortait une longue corne acérée, elle effleurait le ventre de la reine. Le baiser de la condamnée fut furtif, mais ô combien révélateur de la confiance qu’il lui portait, jamais il n’aurait tant hésité sur la marche à suivre alors que le chemin était clair et totalement tracé, les larmes ruisselaient sur son visage, un torrent de larme alors qu’aucun sanglot ne trahissait sa voix. Il ouvrit et refermât sa main à plusieurs reprises, encore hésitant alors que la Flamme commençait à reprendre le dessus. Il lança un dernier regard désespéré à sa reine, la teinte grenadine s’effaçant progressivement.
Il releva son bras doucement au niveau du sternum et prenant une grande inspiration, il hurla a plein poumon la haine qu’il retenait depuis des siècles, envers le destin qui lui avait ravît son premier amour, qui lui ravissait le deuxième, qui faisait de sa vie une suite éperdue de combats sans fins, il hurlait contre un monde trop mal formé pour vivre paisiblement, il hurlait au dieux de lui infliger ce tourment.
La corne, s’enfonce dans le corps gracile de la reine, sans trouver de résistance, en brisant les côtes qu’elle trouve dans son dos et ressort du corps, ensanglantée. La main du dragon se voix rougie d’un étrange sang sombre.
Le corps de la reine se raidit sous la violence du coup, puis tomba mollement en avant. Imrahil recueillit la tête de sa bien aimée sur son épaule. D’un coup, il retire la corne rougie qui laisse un trou béant dans la poitrine de la reine. Le sang coule avec abondance de la plaie et rapidement le cœur cesse de battre, le dragon dépose le corps inerte sur le trône comme s’il s’était agit d’un divan. Reprenant une forme demie-draconique, il s’agenouilla devant la dépouille tellement sublime de la reine. Ses larmes, les larmes de dragon, un produit si rare, glissèrent sur Akasha, roulèrent sur son ventre, plongèrent dans la blessure ensanglantée.
Était-ce si simple ? Tuer le porteur de la Flamme, détruisait la Flamme ? Était-ce l’œuvre de Feïdia, avait elle eut en voyant l’horrible scène, un élan de compassion et avait empêché au corps de la reine d’être consumé comme une vulgaire brindille par la puissance magique de la flamme.
Et le dragon pleurait, pleurait a chaudes larmes devant la beauté dorénavant glaciale de la reine des flammes de Nar Fëa.
Et pourtant, pourtant si seulement il avait pu voir que ce corps n’était pas si glacé… Avait-il réellement perdu toute chaleur ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Akasha Idril
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2007
Messages: 39
Royaume de naissance: När Féä
Elémentaliste Driade-Vampire Féminin Vierge (24aoû-22sep) Blason de la Flamme éternelle

MessagePosté le: Ven 29 Mai - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

    Satisfaite de la réponse de son aimer, soupirant d'aise alors qu'elle l'entourait de ses bras. Elle savait qu'il serait digne de confiance. Son regard plongeait dans le sien, pour ne rien perdre de lui. Elle sombra doucement de nouveau mais la Flamme ne reprit pas pour autant le dessus. Akasha l'emportait avec elle dans un sommeil qu'elle avait déclenché. Ainsi, Imrahil aurait quelques secondes de répit pour prendre sa décision et surtout pour faire ce qu'elle voulait qu'il fasse ... mettre fin à ses jours. Mais la suite n'était en rien un mélodrame, non Akasha avait pesé le pour et le contre. Imrahil lui faisait confiance et c'est pour cela qu'il allait attenter aux jours de sa Reine. La douleur lui transperça le corps tout comme l'âme. Prise d'un haut le corps, elle se raidit de tout son long tout en fermant les yeux pour ne pas lui faire subir ce dernier regard... surpris mais aussi extrêmement triste. Fermant les yeux doucement, murmurant un dernier " Je t'aime " du bout des lèvres, Akasha n'entendit nullement le hurlement perdurer dans les confins de la grotte. Son esprit s'était éteint tout comme son coeur pourtant si puissant et dur. Akasha mourut de la main de son aimé, comme elle l'avait toujours souhaité. Bien que la suite logique soit une veillée funèbre et le plus beau des enterrements, il n'en serait rien... car ce corps devenu immobile quelques secondes se remit à bouger doucement...

    Sans que les yeux d'Akasha ne s'ouvrent de nouveau, sans qu'elle ne s'éveille d'ailleurs. Se corps sans vie se mouva doucement sur le trône. Se relevant avec une lenteur déconcertante pour se mettre à léviter avec précaution. Le corps se mit à irradier d'une chaleur des plus insupportables. Son sang ne coulait plus, ses plaies se refermaient doucement. Son cou se raidit de nouveau pour que sa tête se maintienne malgré ses yeux clos... une voix douce mais malicieuse retentit alors du corps même de la Reine. C'était l'énergie qu'elle avait accueillie, la Flamme éternelle qui brulait ainsi avec autant d'ardeur... cette voix qui prônait la mort du monde présent s'était calmée pour redevenir langoureuse et même passionnée.

    -" Un geste d'amour ... comme c'est intéressant. Voilà tant d'années que je n'ai pas vu cela. Je suis émue... oui émue et la dernière fois remonte à Jadis."

    Une orbe sortie du sein d'Akasha, son corps retomba lourdement sur le sol alors que l'orbe la quittait complètement. Grandissant, l'orbe prit apparence humaine mais demeurait de lueurs pour autant. Son visage proche de celui d'Imrahil, elle lui releva le menton doucement tout en jugeant de la pureté des larmes qui coulait sur son visage. Satisfaite, elle se releva pour faire quelques pas vers le corps inanimée d'Akasha, s'agenouillant pour prendre une mèche de ses rouges cheveux, jouant avec eux quelques secondes avant de les faire tomber.

    -" J'ai confiance ... à présent. Oh seigneur dragon, je ne voulais en rien faire couler tes larmes, mais il fallait que je sache si ... si la Dryade qui vit dans le corps de la Reine aurait trahit son coeur humain et amoureux. J'ai ma réponse, Akasha Idril est digne d'être ma représentante sur Thalion..."

    Alors la présence divine redevint une orbe et se mit à graviter autour d'Akasha pour laisser un halo scintillant descendre sur son corps mort. Feïdia venait de prendre contact avec le Dragon, elle qui fit naitre la flamme éternelle comme arme ultime pour faire pérenniser sa religion. Seule une disciple sans arrière pensée ni vilénie pouvait s'emparer de cette armes passionnée pour la faire briller dans ce monde en proie au malin. Feïdia s'était joué d'Akasha, implantant dans son coeur une colère démesurée pour lui faire commettre l'irréparable. Puis, lorsque la Reine eut prit possession de la Flamme, cette dernière put sonder son coeur et son âme afin de connaitre tout d'elle. Mais la présence d'Imrahil lui donna le moyen de juger des capacités de compréhension du monarque, ainsi elle pouvait faire confiance en l'être mystique pour prendre soin du don qu'elle allait faire dans quelques temps.

    La divine reprit place dans le corps de la Reine, son sang versé s'évaporer pour regonfler ses veines vidées. Mais toujours aucune vie ne transparaissait de la Reine. La poitrine d'Akasha se souleva du sol alors que ses os brisaient craqués de nouveau mais non pas pour se briser, ils reprenaient leur solidité initiale tout en détruisant ceux qui ne pouvait être remplacé, la magie divine faisait son office sous les yeux du Dragon des plus démuni. Soudainement, alors que le silence était plein et impénétrable, un battement étouffé brisa le lourd silence. Ce battement saccadé et rapide essayait de rattraper le temps qu'il avait perdu pendant la mort d'Akasha... ralentissant doucement au fur et à mesure que le coeur impulser le sang de nouveau oxygéné dans le reste de son coeur.

    -" Ton acte m'a fait comprendre que votre amour était tel que je le désirais. Vous, représentants de ma religion, mes enfants. Ainsi, j'offre à Akasha le pouvoir de concevoir sans crainte. Mais je lui offre aussi le don de redonner l'amour et la passion aux âmes corrompues. Mais son retour à la vie sera pénible et difficile... son corps fut abimé par ma présence. Je ferais de mon mieux pour ne pas te l'enlever de nouveau mais son corps est celui d'une demi mortelle. Sa destinée décidera de la suite. Adieu Dragon."

    Ainsi parla la déesse de la passion et du feu. S'adressant au Dragon rouge et Roi d'Argent. Le coeur d'Akasha battait normalement maintenant. Mais ses yeux ne s'ouvrirent pas pour autant. Ses poumons s'emplissaient et de vidaient doucement, laissant se mouvoir son buste comme si ... comme si elle dormait profondément. Son visage m'exprimait plus aucune douleur, non Akasha était paisiblement endormie...



~~~~~~~~~~~~~~~~~

God Save the QUEEN
Imrahil
Nar Fëa, les terres de feu

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2007
Messages: 134
Royaume de naissance: Inconnu
Roi de Nar Fëa, chevalier Dragon Blason de Sarnarem

MessagePosté le: Sam 30 Mai - (2009) Répondre en citantRevenir en haut

Le corps ne resta pas longtemps immobile, alors que ses larmes roulaient encore, le corps se souleva doucement, la caverne soudain, devint le témoin d’une présence divine inattendue. Etait-ce signe de miracle, ou d’encore plus de douleur. Rapidement, Feïdia s’expliquait, de sa voix douce et chaude, au travers des flammes, sa voix était la plus envoutante, et même lui ne savait y résister. Pourtant il pleurait encore, même si la révélation se faisait à mesure que la déesse parlait, expliquant et décortiquant cette épreuve. Tout ce qui lui importait en vérité, c’était qu’elle redonne vie a Akasha, la seule personne a lui avoir redonné un tant soit peu de joie, de savoir qu’il était attendu, non pas pour ses qualités de chevalier, mais pour celles d’amant, de savoir qu’il était aimé non pas comme un chef mais comme un mari.

Son vœu fut exaucé, il aurait même cru que selon le principe d’équivalence il serait obligé de faire grâce d’un de ses dons en échange de sa vie, mais la déesse avait eu l’autorisation suprême, surtout qu’elle était plus ou moins la cause de cette mort. On raconte parfois que les dieux font preuves de bontés dans leurs jours de grâce. Allez savoir… Que ressent un être qui se voit plus puissant à chaque fois que plaisir et passion sont donnés ?

Doucement, la déesse se retirait, le dragon était abasourdi, pour la première fois, il n’avait même pas cherché à en savoir plus sur les intentions divines, son esprit absolument vidé, il regardait abasourdi le corps de la reine dont la poitrine se soulevait doucement, il regardait béatement, la déchirure dans la robe qui laissait entrevoir la peau laiteuse de la reine des flammes.

Peu à peu il redevint l’homme qui avait parcouru le long couloir sombre, portant une tunique noire, pourpre et argent, portant la longue couronne d’or, ses cheveux tombant sur ses épaules et dans son dos, il avait essuyé d’un revers de manche , les larmes salées qui couraient ses joues. Tendant son bras, il se saigna au poignet et fit couler son sang brun entre les lèvres entrouverte de la douce reine, il l’embrassa ensuite, longuement, heureux de ne pas l’avoir perdue. Peut -être ce sang lui redonnerait-il de la force, peut être ce baiser l’éveillera-t-elle ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à (2017) Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf Warcraft
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by Dagonfield Génésis :: by nerevare