FAQ   Membres   Groupes   S’enregistrer   Messages privé   Profil   Dé/connexion 


Recherche rapide :
 

 Une langue étrange [en cours de réécriture] Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Elianna
Mëinel Tarmä, le royaume de l'air

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2008
Messages: 12
Royaume de naissance: Mëinel Tarmä
Roublarde Sorcière (se disant aventurière) Humaine Féminin Vierge (24aoû-22sep)
D'Argent portant une Rose Azur.

MessagePosté le: Lun 18 Aoû - (2008) Répondre en citantRevenir en haut

- Elen si aeth, silen do caeden... mais qui a traduit ce livre? Je me demande bien dans quel langage il est écrit, je n'ai jamais vu ou entendu cette langue auparavant...
Elianna revenait du libraire où elle était tombée sous le charme d'un livre à la couverture brune, au page d'un blanc immaculé. Il était écrit dans un langage étranger à l'humaine qui se battait tant bien que mal avec sa mémoire pour trouver des similitudes avec un langage connu, sans succès.
Elle rentra en trombe dans la maison, saluant rapidement les servantes nettoyant l'entrée, et monta se réfugier dans la bibliothèque où elle se mit à fouiller dans les divers traités de langages, tentant de trouver quelques similarité avec sa nouvelle acquisition.

- Rien... "silen" ressemble vaguement à "schifren" dans la langue elfe mais c'est tout.
Reposant le livre qu'elle tenait, elle allait quitter la salle lorsque ses yeux se posèrent sur un tome poussiéreux. Elle se figea et tenta de se remémorer le contenu du livre. Sa vision l'avait retenue mais sa mémoire n'arrivait pas à attraper le détail qui lui avait fait stopper sa route. Sa curiosité poussée à l'extrême, elle attrapa le "Aeth si silar", sursautant presque en en lisant le titre. Elle plongea dans le livre, fébrile, consciente d'avoir eut sous son nez un exemplaire de cet étrange langage et de ne pas l'avoir remarqué. L'Aeth si silar était lui aussi écrit dans ce langage étrange mais annoté par moment de la même écriture que celle des Livres de Vie cachés dans la bibliothèque secrète. A l'aide de ces annotations, Elianna put traduire que "Aeth" signifiait "Être" mais ce fut tout. Caeden ressemblait beaucoup à "Claed", voyage.
L'heure tourna et la soubrette d'Elianna vint la prévenir que l'heure du diner approchait. Le repas fut calme, chaque membre de la famille étant plongé dans un (ou plusieurs) livre. Le père d'Elianna tendit un regard intrigué vers la lecture de sa fille.

- Que lis tu là Elianna?
- Un livre que je me suis achetée chez le libraire de la quatrième rue. Il est écrit dans une langue que je ne connais pas.
- Et comment arrives tu à le lire alors?
- J'ai trouvé ce vieux grimoire dans la bibliothèque tout à l'heure dit elle en soulevant un peu ledit livre pour que son père et son grand père puisse le voir. Il est écrit dans la même langue mais est annoté par endroits. Le plus étrange, c'est que je ne l'avais jamais vu avant.
Plongée dans sa lecture, elle ne remarqua pas le regard grandiloquent qu'échangèrent son père et le père de celui ci. Le vieil elfe se leva et vint se placer derrière Elianna, trop occupée à tenter d'enfourner une bouché sans regarder la fourchette mais le livre pour s'apercevoir de sa présence, glissant son regard dans le "Aeth si Silar". Ses traits se figèrent et son visage perdit de sa couleur alors qu'il reconnu l'écriture des notes placées en bas de page.
Le repas passa ensuite dans une ambiance de plomb que ne perçut pourtant pas Elianna, son attention pourtant d'habitude très ouverte étant totalement accaparée par le livre. Elle regagna sa chambre, emportant les deux livres avec elle. Le langage ensorcelant la suivit toute la nuit et son rêve fut emplit de paroles dans une langue inconnue mais qui lui était pourtant terriblement familière. Son réveil fut rapide lors qu'elle senti quelqu'un dans sa chambre. Elle se redressa sur son lit, tenant son drap devant elle pour masquer sa nudité et fouilla sa chambre du regard. Elle avait beau ne voir personne, son instinct lui soufflait qu'une autre présence se trouvait dans la salle. Elle maintint son observation quelques secondes encore puis senti un courant d'air sur ses reins. Tournant vivement la tête, elle aperçu sa fenêtre ouverte. La présence disparu aussi vite qu'elle était apparue et Elianna souffla enfin. Réveillée pour réveillée, elle s'habilla de sa robe habituelle et parti dans la salle à manger avec son nouveau livre.
Sa servante s'étonna de la voir levée si tôt et lui prépara un petit déjeuné relativement copieux qu'elle avala le nez plongé dans sa lecture. Elle rejoint ensuite la bibliothèque et, mue d'une intuition soudaine, alla dans la salle secrète. Son père l'y attendait au milieu des livres relatant l'histoire de chaque membre de la famille. Il eut un pâle sourire et lui parla.

- Aen si rae... jai do vuef. Sholn si wun dae ked tel ofto... silar caeden dae. Aeth.
Elianna cilla, regardant le vide entre son père et elle. Là se tenait une forme irradiant une lumière vaguement argentée. La forme se dessina, se précisant et devant de plus en plus proche de la forme d'un humain normal. Elle tendit la main gauche vers Elianna en une invitation muette. Elianna eut un instant envie de fuir à toute jambe mais ne put bouger. Puis, déchiffrant l'aura de lumière qui entourait l'apparition, elle décida que la forme devant elle n'était pas dangereuse et tendit difficilement la main droite et la posa dans celle lumineuse de son visiteur. La lumière diffusée par celui ci changea doucement, passant d'argentée à bleu nuit et virant en un vert forêt bienveillant. La forme baissa le bras et disparu graduellement alors qu'Elianna restait bouche bée devant le spectacle. Lors que le calme revint dans la pièce, son père s'avança devant elle et lui prit doucement les épaules.
- Ma fille fit il d'une voix rendue vibrante par une tristesse mal masquée, il est temps.
- Père... que s'est il passé? Qui était-ce?
- Je ne sais pas... personne ne sait. Qu'as tu vu?
- Une forme lumineuse humanoïde qui m'a tendu la main. Quand j'ai posé la mienne dans la sienne, la couleur de sa lumière changée... Pourquoi me demande tu cela père?
- Parce que tout ce que j'ai vu est ma femme. Elle me parlait, mais aucun son ne sortait de sa bouche... Écoute moi bien Elianna, ce que tu as vu ici n'est jamais arrivé à plus d'une dizaine de personne dans l'histoire... et aucune d'entre elle n'a jamais comprit ce que c'était au juste que cette apparition. Elle prend la forme d'un être qui nous est cher et...
- Mais alors pourquoi je n'ai vu qu'une vague forme et non une personne précise? coupa elle Ce n'est pas les prétendants au titre qui manquent pourtant...
- Peut être ... peut être était-ce quelqu'un qui t'est précieux mais que tu ne connais pas encore...
- Allons père, ce genre de chose ne peut pas être. J'ai bien assez de personnes très chère à mes yeux ... et personne ne pourra les dépasser!
L'elfe sourit faiblement et lui passa la main sur la joue comme il avait l'habitude de le faire depuis l'enfance de la petite humaine qui était devenue sa fille par la force du destin.
- Même toi ne peux prévoir le futur ma petite Elianna. Peut être croiseras tu un jour une personne qui te sera bien plus chère que nous ne le sommes tous aujourd'hui...
- Impossible. Nia elle tout en bloc. Elle secoua la tête pour chasser l'idée très dérangeante de ce qu'elle voyait comme une impossibilité et demanda :
- Et ce langage que tu as parlé avant l'apparition du ... visiteur. Qu'était-ce?
- Je ne sais pas. Les mots me sont venus à la bouche automatiquement. Encore un point commun avec toute les précédentes apparitions de ce genre.
- Précédentes? Maintenant que tu en reparle, tu as parlé d'autre chose de ce genre... si ces apparitions sont si rares, comment en sais tu autant dessus?
Son père plongea son regard dans le sien, semblant fouiller les tréfonds de son âme avant de soupirer et de la lâcher pour aller au bout de la dernière bibliothèque. Il activa un interrupteur caché et le côté s'ouvrit pour libérer un livre visiblement très ancien. Il le prit et le confia à Elianna en lui expliquant que tout ce qu'il savait sur cette apparition était consigné dans ce grimoire.
Elle passa le reste de sa journée à avaler les informations contenues dans l'ouvrage. Elle apprit peu mais eut l'intuition que le peu qu'elle avait apprit de ces lignes était pourtant crucial. Elle nota que lors de chaque apparition, l'un des témoins avait parlé dans une langue étrange, disant à chaque fois "Rae'u sald toen, Kae aeth'on". Elle remarqua que son père n'avait pas dit cette phrase et fut intriguée. Cette apparition avait été différente de part le fait qu'elle n'avait pas vu une personne chère et que l'autre témoin n'est pas dit la phrase rituelle. Alors qu'elle allait rejoindre la salle à manger pour le diner, elle senti la présence de ce matin dans son dos. Se retournant vivement, elle scruta la chambre d'un œil alerte sans y trouver la source son impression. Là encore, l'impression d'être observée disparu lorsque sa fenêtre s'ouvrit. Troublée, elle rejoint le repas et parla que peu durant le temps de la restauration. Sa soubrette, inquiète de l'état apparent de sa maitresse, la rejoint dans sa chambre après le repas.

- Maitresse Elianna...
- Oui, que puis-je pour toi Helia?
- Excusez ma question mais... allez vous bien?
- Je te demande pardon?
- Je ne sais pas trop comment le dire... vous me semblez... différente, distante, aujourd'hui. Vous n'êtes pas venue manger à midi et n'avez guère parlée durant le repas de ce soir... Êtes vous malade? Si c'est le cas, je peux vous prodiguer des soins.
Elianna fut étonnée puis éclata de rire, tentant de reprendre un air plus sérieux avant de répondre.
- Je ne suis pas malade Helia, j'ai juste des préoccupations. Ne t'en fais pas pour moi, je vais très bien.
- Vraiment? Excusez moi, je m'inquiète pour rien...
- C'est ce qui fait de toi mon irremplaçable servante, n'est-ce pas?
La soirée passa plus facilement - la présence d'Helia, qui ne voulait plus la quitter, aidant grandement - et Elianna dormi paisiblement d'un sommeil sans rêve jusqu'au lendemain. Le départ d'Helia de la chambre de sa maitresse au matin tira Elianna de son sommeil. Le frais de l'extérieur entrant par la fenêtre la fit frissonner et, resserrant autour d'elle son drap, elle se leva pour fermer la fenêtre. Elle s'assit sur le bord de son lit, laissant ses yeux planer sur sa chambre. Le décors familier des armoires, bibliothèques et autres meubles en tout genre calma l'envie de hurler qui montait inexplicablement en elle. Très vite, elle fut habillée et sorti, ne mangeant qu'un rapide petit déjeuné. Personne ne faisait attention à une jeune humaine se baladant dans les rues de la ville à l'heure de l'ouverture des divers magasins. Elle arriva au magasin où elle avait acheté le livre en langage étrange. La vitrine était sombre et l'enseigne pendant mollement au bout de chaines rouillées. Elle toqua à la porte après avoir tenté de l'ouvrir, sans succès. Les minutes passèrent et la porte resta close. Elliana commença à se poser des questions, le gentil libraire n'ayant jamais été malade depuis qu'elle le connaissait, il était étrange qu'il ferme boutique. Alors qu'elle patientait devant la porte fermée, deux enfants passèrent dans la rue pourtant si peu fréquentée. Leurs cheveux dorés et leur visages au traits fin faisaient presque tache dans cet univers gris de brique, mortier et autres ferrailles environnantes. Ils étaient manifestement jumeaux, un garçon et une fille, se ressemblant tellement que même leur coupe de cheveux était identique. Ils s'approchèrent d'Elliana sans sembler faire attention à ce qui les entouraient et lui adressèrent la parole directement et sans ambages, parlant d'une seule voix.
- Celui que tu cherche n'est plus là.
- Celui que je cherche? elle hésita un instant, se demandant comment de jeunes enfants pouvaient savoir qu'elle cherchait quelqu'un, ou que cette personne n'était plus à l'endrois habituel. Elle continua Le libraire? Savez vous où il se trouve?
- Il est partout, et pourtant nul part, comme il l'a toujours été. expliqua la jeune fille.
Alors qu'Elianna commençait à se demander si elle ne perdait pas son temps à jouer au devinette avec des jumeaux sortis de nul part, le garçon effleura la poignée de la porte. Un cliquetis délicat ce fit entendre et la porte s'entrouvrit. Elianna était sur de s'être opposée à une porte fermée durant tout ce temps, et l'enfant n'avait manifestement pas les clefs du magasin. Elle passa la tête dans l'entrebâillement, cherchant dans l'obscurité de la pièce emplie de livre qui aurait put ouvrir la porte. Ne trouvant personne, elle se retourna pour questionner les enfants mais découvrit que ceux ci avaient disparus. Restant un instant mal à l'aise devant tant de mystère, elle poussa finalement la porte, entrant dans le magasin et se dirigea vers le comptoir à la recherche d'une lampe ou d'une bougie qui lui aurait permit d'allumer les lampes de la boutique pour pouvoir y voir quelque chose. Elle fini par y arriver et, lors que la lumière vint dans la petite salle, put enfin regarder le spectacle familier des livres sur les étagères. Elle fut toutefois surprise de découvrir dessus plusieurs centimètres de poussière, comme s'ils avaient été abandonnés voila plusieurs années. Elle était pourtant venu dans ce même magasin deux jour auparavant, y bavardant avec un vieux libraire qu'elle connaissait depuis des années, promenant ses doigts sur les couvertures des livres et ... s'arrêtant mystérieusement sur la couverture du "Elen si Aeth, Silen do Caeden". Elle refit les même action, s'arrêtant là ou se trouvait le livre et observa la place maintenant vide. Là ou les livres et bibliothèques alentour avaient toutes et tous un à deux centimètre de poussières sur leur surface, la place ici était propre, comme nettoyée à l'instant. Elle fouilla le reste du magasin, cherchant une trace du vieil homme, sans succès.
Elle fini par rentrer, dépitée et relativement inquiète de ce mystère. Lorsqu'elle expliqua à son père sa matinée pendant le repas de midi, celui ci avoua ne pas comprendre. Lui aussi connaissait le vieux libraire, depuis maintenant... il fronça les sourcils, se rendant compte que ce dernier était là avant même l'arrivée de sa famille dans la ville. Un simple humain n'aurait put vivre si longtemps.




[HRP]
Enfin fini! Hébé, je commence à avoir du mal à taper juste. Je vais expliquer certains points :
La langue que j'utilise au cour de l'histoire n'est pas une langue connue. Même les érudits l'ignorent... et pour cause, seul une poignée de personne savent la parler, et ce ne sont pas le genre de personne que l'on croise à tous les coin de rue.
"Elen si aeth, silen do caeden" signifie "L'Existance d'Elen, Guide vers le Paradis".
"Aeth si Silar" signifie "Geste de l'Existance".
"Aen si rae... jai do vuef. Sholn si wun dae ked tel ofto... silar caeden dae. Aeth." signifie "Ma fille... va vers les dieux. L'amour de ta famille te protègera des démons... que la geste te guide. Soit."
"Rae'u sald toen, Kae aeth'on." signifie "Vous n'êtes pas la personne que nous attendons." ici le "nous" est un nous de politesse, similaire au "nous" royal.
Vu la vitesse de déplacement des autres joueurs, je vais fini ça ici seul en fait.
[/HRP]

~~~~~~~~~~~~~~~~~
MSN
Publicité






MessagePosté le: Lun 18 Aoû - (2008) Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf Warcraft
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by Dagonfield Génésis :: by nerevare